Cendres perdues

Publié le

pantheonQuand on est mort, c’est pour longtemps, disait un proverbe fort judicieux. Il paraît que ce n’est pas toujours vrai. Je n’en veux pour preuve que les mésaventures posthumes de ce pauvre Lepeletier de Saint-Fargeau, le célèbre conventionnel dont on ne sait plus au juste où sont les cendres et dont le cercueil est recherché comme un objet perdu. C’est à peu près la répétition de ce qui arriva naguère à Jean-Jacques Rousseau. 

Avec une différence, cependant. C’est que pour Jean-Jacques, on savait où était le cercueil. Toute la question était de savoir si les cendres s’y trouvaient encore. Pour Lepeletier ce Saint-Fargeau, le cas est plus compliqué. On l’avait, à sa mort, solennellement transporté au Panthéon. Il en fut délogé après le 9 Thermidor, et sa famille l’enterra dans sa propriété du lac Saint-Fargeau. Mais, les propriétés, pas plus que les propriétaires, ne sont éternelles. Celle-là fut vendue, puis transformée en un bal public. 

Les restes de Lepeletier furent alors juges très encombrants. On déterra le cercueil dont les planches s’en allèrent en poussière : on mit les cendres dans une petite boîte. Qu’est devenue cette boîte ? C’est ce qu’on recherche actuellement. Et si on la retrouve, que contiendra-t-elle, au juste ?

Tout cela prouve, une fois de plus le néant et la vanité des honneurs. C’est le Panthéon qui a valu tous ces ennuis au pauvre Lepeletier, et il serait aujourd’hui un mort comme les autres, à l’abri des tracas et des misères, s’il avait eu la chance d’être enterré dans quelque humble cimetière de campagne, bien retiré et bien tranquille… 

Emmanuel Arène, 1901.
Illustration : Edouard Cortes.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Cendres perdues »

    karouge a dit:
    décembre 16, 2017 à 11:38

    Ce n’est jamais évident, pour un mort, de partir en fumée (sauf s’il désire enfumer quelques vivants retors)

    Aimé par 2 people

    fanfan la rêveuse a dit:
    décembre 16, 2017 à 3:21

    Bon week-end Gavroche ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    décembre 17, 2017 à 7:45

    Un ancêtre de Jean d’Ormesson …

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    décembre 20, 2017 à 12:06

    Banale question
    L’incinération reste un processus douteux….Le cercueil disparaît vers le four, avec toutes les larmes de l’assistance…la durée de crémation est plus ou moins longue….la réponse serait qu’il dépends du temps relatif à: ‘du sapin ou du chêne’ !
    Dans le deuxième cas, les cendres sont effectivement plus conséquentes -SIC-
    OK, je sors

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s