Décembre

Publié le Mis à jour le

christmasEn octobre, le Gastronome a vu la terre promise. En novembre, il y est entré. En décembre, il y est en plein. Il n’a plus qu’à demander pour être servi, qu’à allonger le bras pour saisir, qu’à ouvrir la bouche pour qu’elle soit aussitôt remplie. C’est maintenant qu’il conçoit tout ce qu’avait d’horrible le supplice de Tantale. Tout abonde et tout est excellent : viande de boucherie, volaille, gibier, poisson, coquillages, légumes et fruits. Il n’est plus permis de mal dîner, et c’est un crime de faire mal dîner les autres. A cette époque, un amphitryon peut voir son nom voler de bouche en bouche, et un cuisinier devenir immortel ! Qu’on se le dise. 

Le mois de décembre est le mois des fêtes de la table. Jetons les yeux sur le calendrier. Depuis la Saint-Eloi jusqu’à la Saint-Sylvestre, depuis le premier jour du mois jusqu’au dernier, que de noms vont être, dans les familles, l’objet de toasts multipliés ! Saint François, Sainte Barbe, Saint Nicolas, Sainte Constance, Sainte Luce, Sainte Adélaïde, Saint Thomas, Sainte Victoire, Saint Etienne, Sainte Colombe ! Mais la fête par excellence, la fête des fêtes, c’est le réveillon de Noël ! 

« Un réveillon somptueux, dit un de nos maîtres, n’est pas une petite affaire. Bien que maître pourceau en fasse en grande partie les honneurs, un cuisinier habile doit s’y prendre plus d’un jour d’avance, pour ne pas rester au dessous de la grandeur de la circonstance. Le gril, la broche, les fourneaux suffisent à peine. L’armée culinaire est sur pied. Le cochon donne de sa personne, et l’avant-garde des rôtisseurs, des pâtissiers, des officiers, essuie un feu terrible durant vingt-quatre heures. » 

L’année va finir, mais déjà partout on se prépare pour celle qui va commencer. Les confiseurs se mettent l’imagination à la torture pour inventer de nouvelles combinaisons sucrées, les poètes passent leurs nuits à composer des devises, la rue des Lombards a la fièvre. Berthellemot, Génessaux, Durand, et tous les grands artistes de la pastille et du diablotin vont et viennent, montent et descendent, les yeux en feu, les cheveux en désordre comme des généraux à la veille d’une bataille. Ne leur demandez pas comment ils se portent. Ne leur parlez ni de la question d’Orient, ni de l’armée d’Afrique, ni de Mlle Rachel , ni des lions de Carter, ni du Massacre des Innocents. Ils vous répondraient toujours : Les étrennes ! les étrennes ! 

« La Gastronomie. » Paris, 1839. 

 

noel_228

Publicités

2 réflexions au sujet de « Décembre »

    roijoyeux a dit:
    décembre 16, 2017 à 5:02

    Bonnes fêtes Gavroche !!

    J'aime

    jmcideas a dit:
    décembre 20, 2017 à 12:37

    Le bon fêtard est celui qui ne manque rien de la grande bouff du mois, et quand bien même il en ressort repus et ivre, il trouve le moyen de dire – au volant de son véhicule:
    > Et maintenant, de la viande hachée !
    OK, c’est affreux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.