My goodness !

Publié le

judasOn lit dans un journal de Liverpool la singulière anecdote que voici, et que ce journal affirme de la plus parfaite authenticité : 

Les grands artistes, raconte ce journal, sont fréquemment obligés d’aller emprunter quelque part un visage qui leur serve de modèle. C’est une nécessite qui a reçu dernièrement une singulière application dans la personne d’un gentleman bien connu à Liverpool et à Birkenhead pour la coupe tout orientale de son visage. Ce gentleman était dernièrement à Londres, parcourant en long et en large la rue du Strand, lorsqu’il fut accosté par une personne qui, après s’être excusée avec la plus grande politesse de son indiscrétion, pria instamment M… de vouloir bien lui permettre de prendre une esquisse de son visage, lequel, prétendait-il, rendait l’expression exacte qu’il désirait communiquer à un des personnages qu’il avait placé dans un grand tableau d’histoire. 

Après quelque hésitation notre compatriote consentait à accompagner, dans son atelier, l’artiste qui dessina à la hâte sur la toile l’esquisse de on visage. A quelque temps de là, un ami de M… lui ayant exprimé le désir de savoir quel serait le tableau dans lequel il était destiné à figurer d’une manière si remarquable, M… se rendit de nouveau chez le peintre et lui demanda la permission de voir son tableau. Cette requête fut de la part de l’artiste le motif de très vives objections : il prétendit qu’il était contre toutes les règles de montrer une œuvre d’art avant qu’elle ne fût achevée, etc., etc. Toutefois tous les efforts qui furent faits pour se débarrasser de M… demeurèrent sans succès. L’artiste fut force d’y consentir. Il mena en conséquence notre modèle dans son atelier.

Là, quelle n’est point la surprise de ce dernier de se voir figurer dans un grand tableau tiré d’un sujet de l’Ecriture, sous les traits de Judas Iscariote, et, qui plus est, dans un tableau destiné à l’Exposition !  

« L’Argus. » Paris, 1850.
Illustration :  Philippe de Champaigne.

Publicités

4 réflexions au sujet de « My goodness ! »

    karouge a dit:
    décembre 24, 2017 à 6:11

    Heureusement le visage croqué n’atterrît pas au musée du peintre Pierre Boucher: on serait passé de la tête de l’Art à la tête de Lard! (oh, le vilain jeu de mots de Noël, signé Judas Iscariote!))
    http://www.museepierreboucher.com/

    Aimé par 1 personne

    inavukic a dit:
    décembre 25, 2017 à 8:53

    Merry Christmas!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s