L’ivrogne

Publié le Mis à jour le

coqIl existait à Falkirk, un petit coq de la race appelée bantam, dont les habitudes étaient assez extraordinaires, et font voir jusqu’à quel point les animaux peuvent prendre goût à des choses qui semblent tout à fait contraires à leur nature.

Par quelque circonstance, sans doute fortuite, notre petit gallinacée se trouva un jour en présence d’un verre de whisky. Loin d’imiter son confrère à la perle, il osa aborder ce limpide breuvage, et il le trouva si fort de son goût, que, depuis lors, il prenait hardiment sa place à table, toutes les fois qu’il voyait couler le nectar écossais. Rien n’était plus comique que de voir son impatience et le battement réitéré de ses ailes, pour obtenir une seconde ration, quand il avait savouré la première. Sa hardiesse alors tenait de la témérité : il éperonnait vigoureusement les mains de celui qui cherchait à lui enlever sa pitance.

Après sa petite bacchanale, s’il n’était pas le coq le plus fort du canton, il en était du moins le plus impertinent et le plus courageux. Du haut de son fumier, il proclamait avec force sa supériorité et sa bonne humeur.

Illustration : Xu Beihong.

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’ivrogne »

    fanfan la rêveuse a dit:
    décembre 26, 2017 à 10:36

    Pauvre bête…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.