Grâcieuse Troutrou

Publié le Mis à jour le

palais-garnier

Le bruit court (et ces jours-ci, à l’Opéra, on pouvait en avoir la preuve) que le comte de M… vient de contracter une « union libre » avec une jeune modiste de la rue Halévy.

La jeune modiste en question a vingt ans à peine. Elle est de petite taille, mais admirablement faite, et sa jambe, qui est une merveille, se termine par le plus joli petit pied du monde. Des yeux bleus, une chevelure blond-cendré, de petites dents fort blanches, des lèvres fraîches et un tour de figure à l’Albane, voilà le portrait fidèle de la jeune femme qui se trouvait hier avec le comte de M… à l’Opéra.

On dit (mais c’est un rapport de soubrette) que le comte de M…, dans l’intimité, appelle sa nouvelle passion : Mon Troutrou. A un souper qu’il a donné avant-hier, il a présenté sa nouvelle conquête à quatre ou cinq de ses amis, qui en disent le plus grand bien au physique. Le moral laisserait un peu à désirer.

Il paraîtrait que la jolie Troutrou a de la grâce, de la douceur, de l’amabilité, mais sans vivacité, sans chaleur. Ce serait une beauté mélancolique !

« Gil Blas. » Paris, 1882.
Peinture : Charles Hermans.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Grâcieuse Troutrou »

    karouge a dit:
    janvier 3, 2018 à 1:10

    Troutrou et Froufrou itou!

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.