Un peu d’humanité…

Publié le Mis à jour le

soldatsJ’ignore pourquoi les « Revues de la Presse » n’ont pas accordé la place qu’elle méritait à l’histoire du soldat Bourgoin, telle que l’a contée M. Clemenceau dans ce style nerveux  qui ne laisse pas de place à la sensibilité, mais vous prend à la gorge. Pour moi, voici huit jours qu’elle me hante

C’était un tout jeune soldat, dix-huit ou dix-neuf ans à peine, un engagé volontaire je crois, ce petit Bourgoin; et sa compagnie fut « fauchée » dans une attaque, littéralement fauchée. S’étant couché sous le feu, quand il releva la tête, il vit qu’il était seul. 

Un hasard avait voulu que le drapeau du régiment tombât près de lui. Il le ramassa, l’arracha de sa hampe, se l’enroula autour du corps. Et il fit cela naïvement, instinctivement, presque sans savoir. Puis il attendit la nuit et tâcha de regagner les lignes françaises. Mais où aller ? Il l’ignorait. Il marcha donc au hasard, près d’une
lieue… 

C’est ainsi qu’il arriva devant une maison qu’un obus avait effondrée. Il entra : elle était occupée par cinq officiers allemand; mais quatre étaient morts, tués par l’explosion, et le cinquième, un colonel, agonisait. Le petit soldat essaya de lui sauver la vie. 

 Ne t’occupe pas de moi, dit l’Allemand, je suis perdu. Mais toi, comment es-tu ici ?

Alors l’autre lui fit savoir son aventure, ingénument. Il ne pensait pas avoir fait quelque chose d’héroïque, il était simple et doux. 

 Tu es un brave enfant, dit le colonel ému. Penche-toi. Là, comme ça… je t’embrasserai.

Un colonel et Allemand L’approche de la mort change les âmes : le colonel allemand embrassa ce simple soldat français. Puis il ajouta : 

 Va-t’en, maintenant : mais ne prends pas par là. Par là, ce sont les nôtres. Ta route est par ici. Adieu. 

Et le petit Bourgoin rejoignit enfin nos lignes. Il avait toujours le drapeau. C’est tout… Et il n’y a rien de plus beau dans tout Tolstoï.

Pierre Mille, 1915.

Illustration : La ligue de l’enseignement.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un peu d’humanité… »

    agneslise a dit:
    janvier 6, 2018 à 12:08

    C’est émouvant ! On a peur jusqu’au bout !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.