Le testament du poète

Publié le Mis à jour le

tassoniIl est dû à la plume d’un poète, Alessandro Tassoni, décédé en l’an 1635.

« Mon intention serait qu’à ma pompe funèbre on ne vît qu’un prêtre, que pour la dépense on n’en fît point d’autre que celle d’un sac pour y fourrer mon corps, et d’un crocheteur qui voudra bien s’en charger. 

« Toutefois, je lègue à la paroisse où sera mon cimetière douze écus d’or, sans la moindre obligation. Le don que je lui fais me paraissant fort mince, et d’autant plus que je ne lui fais que parce que je ne puis l’emporter !« 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le testament du poète »

    juliette a dit:
    janvier 22, 2018 à 1:33

    ll n’était pas orgueilleux au moins et franc du collier et comique !
    j’ai trouvé  » Le Seau volé  » sur Internet mais ou en vieil Italien ou en vieux français , dommage …
    🙂

    Aimé par 1 personne

    L'Ornitho a dit:
    janvier 22, 2018 à 8:37

    Voyageons léger …

    Aimé par 1 personne

    iotop a dit:
    janvier 22, 2018 à 9:50

    Bon jour,
    Le problème des morts est qu’ils prennent concessions parmi les vivants …
    Max-Louis

    J'aime

    iotop a dit:
    janvier 22, 2018 à 9:51

    ou sont sans concession pour les vivants 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.