Vindication

Publié le Mis à jour le

j-whistlerMme J. Comyns Carr, dans son livre de Souvenirs, raconte cette anecdote sur le grand peintre James Mac Neil Whistler.

A un moment de sa vie, il vivait dans une pension de famille dont la propriétaire avait un caractère aussi versatile que le sien. Un jour, on l’entendit dire :

— J’en ai assez, assez, assez de faire cuire des poissons pour M. Whistler !

« Jimmy » fut furieux et il prit sa revanche de la façon suivante. Sous sa fenêtre, à l’étage inférieur, il y avait un balcon où souvent on mettait un bocal contenant un poisson rouge que la propriétaire aimait beaucoup. Whistler confectionna une canne à pêche et parvint à pêcher le poisson rouge. Il le fit frire sur le feu de sa chambre, puis l’envoya à la dame avec une note d’une grande politesse où il disait :

Madame, j’ai appris que vous en aviez assez de faire cuire des poissons pour moi; j’ai pris la liberté de faire cuire celui-ci à votre intention.

La dame au poison rouge entra dans une colère noire. Mais Whistler s’amusa au moins huit jours de cette farce de rapin.

« Comoedia. » Paris, 1926.
Illustration : James Mac Neil Whistler (autoportrait).

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.