Emprunts

Publié le Mis à jour le

monnier-balzacBalzac appréciait beaucoup Henry Monnier et allait souvent lui faire visite; mais, comme l’auteur d’Eugénie Grandet ne jugeait pas à propos de s’astreindre  envers tout le monde aux règles étroites de la politesse, il fallait garder qu’une personne inconnue de lui, homme, femme ou enfant, se rencontrât sur son chemin il eût marché dessus sans les voir.

« Quand il vient chez moi, disait Monnier, et que je me trouve au milieu de ma famille, je jette ma femme dans une chambre à droite, mes enfants dans une chambre à gauche, je referme avec soin les portes, et alors seulement je m’occupe de lui répondre. »

Du reste, Monnier avait contre Balzac un sujet de rancune.

Molière disait, en faisant des emprunts aux auteurs dramatiques qui l’avaient précédé : « Je reprends mon bien où je le trouve. » Balzac, à son tour, disait :

« Un grand écrivain est le secrétaire de son siècle; il peut s’emparer de tout ce qui est à sa convenance chez ses contemporains. »

Il était sous-entendu que « le grand écrivains c’était lui, Balzac, et, en vertu de ce principe, il ne se gêna pas, une fois, pour puiser dans l’escarcelle de son ami. Parmi les scènes parlées de Monnier, se trouvait une Histoire de Napoléon racontée dans une veillée, petit chef-d’œuvre de naïveté militaire. Balzac l’avait entendue, et un beau jour, il vint prier l’artiste de la répéter pour lui seul. Monnier s’y prêta sans défiance, et quelques mois plus tard, ce récit était reproduit, presque mot pour mot, dans un des plus beaux romans de Balzac, le Médecin de campagne.

A la vérité, les droits de la propriété littéraire n’étaient pas alors définis aussi nettement qu’aujourd’hui. La preuve en est qu’un vaudevilliste du Palais-Royal s’empara, à son tour, de l’Histoire de  Napoléon, et Alcide Tousez avait dans la pièce un rôle très divertissant.

Elie Berthet. « Histoires des uns et des autres. » Paris, 1878.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Emprunts »

    francefougere a dit:
    février 3, 2018 à 7:42

    Anecdote vraiment très  » édifiante  » – merci Gavroche 🙂

    Aimé par 1 personne

    iotop a dit:
    février 3, 2018 à 9:49

    Bon jour,
    Les grands sont grands par les petits larcins, faut croire 🙂
    Max-Louis

    J'aime

    karouge a dit:
    février 3, 2018 à 10:35

    Quand les grandes « plumes » plument les petites!

    « “Je ne connais pas d’endroit où il se passe plus de choses que dans le monde.” Henri Monnier

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    février 4, 2018 à 12:31

    . Vivez sur l’emprunt et quelqu’un d’autre remboursera
    A moins d’être poursuivi plus tôt que tard

    . Le jeu en vaut la chandelle si l’on est sûr de son talent

    . L’emprunt n’est rien, avec la promesse ferme de le rembourser

    . Un emprunt n’est que l’autorité de votre richesse!

    . Sachez qu’un emprunt de 10 sous vaut le double en peu de temps

    . On emprunte souvent cher ce qui qui vous rapportera gros

    . Puis-je emprunter votre fille ? > ne vous conduit pas au mariage!

    😀 Méfiez vous cependant, de mes maximes 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s