Le buste 

Publié le

nouveaux-messieurs

Ah ! que Mme Gaby Morlay était belle, en République, au Studio de Billancourt… 

Le torse pris dans une armature de stuc, casquée et coiffée de plâtre, elle érigeait, sur un fond de velours noir, l’effigie blafarde d’une Marianne conventionnelle dont le scénario des Nouveaux Messieurs prévoit la résurrection à la fin du film. 

Jacques Feyder, le metteur en scène, était plein de sollicitude pour ce buste vivant que les lampes torturaient depuis dix heures du matin. Comme Gaby Morlay, sur le coup de midi, se plaignait de ne plus pouvoir résister au tourment de la soif : 

Donne-lui tout de même un cocktail ! dit Feyder. 

Et la dame de plâtre huma le martini qu’Albert Préjean lui tendait avec une paille. 

Un tout petit pot de vin, murmurait Feyders

« L’Œil de Paris. » 1928.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.