Remède miraculeux

Publié le

operaDu temps du roi de Prusse, Frédéric II, surnommé le Grand, on comptait, parmi les pensionnaires de l’Opéra de Berlin, une grande artiste qui partageait son temps entre les attaques de nerfs et les rhumes.

Pour un oui, pour un non, la cantatrice faisait manquer le spectacle, et un soir que le grand roi était dans sa loge, le régisseur vint annoncer : 

 Messieurs et mesdames, la direction a la douleur de vous annoncer que notre prima donna est enrouée et que la représentation annoncée ne peut avoir lieu.

A ces mots, le grand Frédéric s’adresse à son aide de camp, lui donne un ordre, puis, se penchant vers l’orchestre, il fait signe aux musiciens de rester à leur place.

Que va-t-il se passer ? Un quart d’heure s’écoule. Le public est dans une attente cruelle, mais il espère en son roi, qui est dans sa loge, souriant et gai comme un souverain qui compte s’amuser à son théâtre.

Tout-à-coup le rideau se lève. Le régisseur revient :

 Messieurs et mesdames, dit-il, j’ai la joie de vous annoncer que notre prima dona, subitement remise de son rhume, va avoir l’honneur de paraître devant vous.

Et, en effet, la cantatrice entra. Elle était très pâle, mais jamais elle ne chanta mieux. Le roi l’avait guérie en un instant, et je donne même la recette pour l’usage de nos théâtres lyriques. La cantatrice, dont le nom m’échappe, était tranquillement au coin du feu, pas plus enrouée que vous et moi, et se réjouissait du mauvais tour qu’elle venait de jouer à son directeur, quand soudain la porte s’ouvrit avec fracas, et un officier, suivit de quatre dragons, se présenta.

 Mademoiselle, dit-il, le roi, mon maître, me charge de vous demander des nouvelles de votre chère santé.
— Je suis très enrouée…
— Sa Majesté le sait, et je suis chargé par elle de vous conduire à l’infirmerie de l’hôpital militaire, où vous serez guérie en peu de jours.

L’actrice pâlit.

 C’est une plaisanterie ! murmura-t-elle
— Un officier du roi ne plaisante jamais.

Sur un signe du lieutenant, les quatre dragons s’avancent, saisissent l’artiste, la portent dans une voiture qui attend à la porte. Les soldats montent à cheval, et :

 A l’hôpital dit l’officier au cocher.

Le carrosse roule.

— Attendez, dit la cantatrice, au bout de quelques instants, je crois que je vais mieux.
— Le roi désire, mademoiselle, que vous vous portiez tout à fait bien et que vous chantiez votre rôle ce soir même.
— J’essayerai, murmura la prisonnière.
— Au théâtre 
dit le lieutenant au cocher.

La cantatrice s’habille à la hâte, puis, au moment d’entrer en scène, elle dit à son geôlier

 Monsieur, puisque le roi l’exige, je vais chanter. Dieu sait comment…
— Vous chanterez comme une grande artiste.
— Je chanterai comme une artiste enrouée.
— Je ne le crois pas.
— Et pourquoi ?
— Parce que je vais placer un dragon derrière chaque coulisse, et au moindre couac, les soldats vous arrêteront et vous conduiront là-bas.

Du rhume il n’en fut plus question… la prima donna avait retrouvé toute sa voix.

« La Semaine musicale. » Paris, 1866.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Remède miraculeux »

    iotop a dit:
    avril 9, 2018 à 8:25

    Bon jour,
    Comme quoi, des causes inattendues font des effets … inespéré … 🙂
    Max-Louis

    J'aime

    L'Ornitho a dit:
    avril 9, 2018 à 9:42

    Ah ces emmerdeuses de Diva, petite remise au point bien salutaire. Le Roi fût bon Prince, je l’aurais quand même foutue au trou.

    J'aime

    marie a dit:
    avril 10, 2018 à 3:19

    Et bien voilà la cantatrice obligée de chanter sous la menace, qui est pris qui croyait prendre Bon après-midi MTH

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s