Le fléau des farfadets

Publié le

little-peopleIl vient de mourir à Paris un homme qui, plus que tout homme au monde, mérite que son nom lui survive. Cet homme, c’est M. Berbiguier-de-Terre-Neuve du Thym, surnommé le Fléau des Farfadets. Après avoir consacré ses veilles, usé sa santé, dépensé sa fortune au bien-être de son pays, il a quitté, sur un lit d’hôpital, une vie pleine de travaux utiles et de recherches philanthropiques. Cette vie fut complète, je ne vous la redirai pas, il faudrait la lyre d’Homère. D’ailleurs quelques mots suffiront à vous le faire connaître et regretter. 

M. Berbiguier croyait sincèrement que tous les maux qui accablent en si grand nombre la pauvre humanité sont l’ouvrage d’êtres malfaisants et invisibles nommés farfadets. Et il était convaincu qu’il avait reçu de Dieu le pouvoir et la mission de les détruire. Son oncle, en mourant, lui avait laissé une fortune qui pouvait le faire vivre dans une honnête aisance. M Berbiguier aima mieux l’employer en expériences anti-farfadéennes. Il  commença par acheter un terrain qu’il fit planter en entier de thym, prétendant que c’était la plante mortelle aux farfadets. Ensuite, il brûlait chaque semaine dix ou douze cœurs de bœufs, lardés chacun d’un millier d’épingles noires, et toutes ces épingles traversaient au moins cent mille farfadets. 

Il ne faisait jamais sa chambre, et il voulait que personne ne la fit. Le moindre dérangement aurait désorganisé les batteries qu’il dirigeait continuellement contre les farfadets. Il couchait dans un lit sans draps, recouvert d’une simple couverture, ayant sur sa table de nuit des épingles noires, du poivre et du tabac. Il restait toute la nuit sur son séant, ne dormant jamais, mais fermant les yeux, pour faire croire aux farfadets qu’il était endormi. Quand ceux-ci le croyaient plongé dans le sommeil, ils arrivaient par bandes pour s’emparer de lui. Alors il s’emparait de ses épingles, et v’lan il les enfonçait dans sa couverture, sur laquelle il répandait ensuite des poignées de poivre et de tabac mêlés. 

Le lendemain, il ramassait cette poussière, la mettait dans des bouteilles pleines d’eau qu’il goudronnait avec soin. Et comme le tabac ne se fondait pas et restait toujours en grains, il les montrait comme autant de farfadets qu’il avait faits prisonniers. Il avait loué dans sa maison un petit caveau dans lequel il avait plus de trois cents bouteilles ainsi remplies, et le nombre s’en augmentait tous les jours. 

Couché ainsi dans une couverture criblée d’épingles, on peut penser ce qu’il devait souffrir; son corps n’était que cicatrices. Heureusement pour lui, les farfadets mâles, désespérant de le vaincre, appelèrent à leur secours des farfadètes, qui essayèrent sur l’inflexible Berbiguier l’effet de leurs charmes. Piquées de la résistance que leur opposait leur ennemi, elles allèrent jusqu’à vouloir le prendre de force. Depuis ce temps le fléau des farfadets ne coucha plus qu’avec une culotte de peau, ayant un cadenas fermé à clef pour seule boutonnière. 

Un samedi soir, veille d’une grande revue de la garde nationale que le roi Louis XVIII devait passer au Champs de Mars, M. Berbiguier remarque avec terreur que le temps se couvre et nous menace de pluie pour le lendemain. Plus de doute : ce sont les farfadets ou les libéraux (c’était tout un pour lui) qui veulent empêcher la cérémonie. Heureusement il veille : il prépare un nombre inusité de cœurs de bœufs, il y mêle du soufre, chose encore excellente contre les farfadets, il recouvre tout cela de bottes de thym et il y met le feu. Bientôt une fumée insupportable se répand dans toute la maison, les voisins crient au feu ! les pompiers accourent et entrent chez l’exorciseur que l’on trouve presque asphyxié. Il eut beau crier contre la force armée qu’il traitait de bande de farfadets, il lui fallut renoncer à son expérience. 

Depuis trois ans, autant par pénurie d’argent que par raison de santé, M. Berbiguier ne faisait presque plus d’exorcismes. Il regardait d’un œil de compassion notre pauvre société et il disait d’un air profondément attristé : 

« Que vont-ils devenir quand je ne serai plus ? » 

« Le Voleur. » Paris, 1833.
Illustration : Darby O’Gill and the Little People. Robert Stevenson, 1959. Walt Disney Productions.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le fléau des farfadets »

    fanfan la rêveuse a dit:
    avril 25, 2018 à 7:11

    Le pauvre homme…
    Bonne journée Gavroche ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.