Le roi des journaux

Publié le Mis à jour le

william-hearstNous avons eu, raconte le Cri de Paris, deux rois en même temps à Paris, le tsar des Bulgares et le roi des journaux, William Hearst.

M. Hearst a 45 ans, et lui-même convient qu’il a le masque napoléonien. Mais il est beaucoup plus grand que Bonaparte. Il est le propriétaire, l’inspirateur et le directeur de seize grands journaux quotidiens, sans compter un nombre considérable de magazines. Les principales de ses gazettes sont, à New York, l’Evening Journal et The American dont le correspondant mondain à Paris est le marquis de Castellane.

M. Hearst n’est pas seulement un administrateur de journaux. C’est un polémiste et un homme politique. Adversaire résolu de M. Roosevelt, il fut son concurrent aux élections présidentielles.

Un jour, M. Hearst reçut la visite d’un gentleman correct qui lui dit :

Je viens de la part de M. Roosevelt. J’ai le devoir de vous déclarer qu’il vous considère comme le plus mauvais citoyen des Etats-Unis.

M. Hearst ne sourcilla pas. Mais le lendemain, M. Roosevelt reçut la visite d’un autre gentleman qui lui dit non moins correctement :

— M. Hearst me charge de vous faire savoir que vous êtes le plus grand farceur de la terre.

Cet échange de compliments ne contribua pas à réconcilier les deux adversaires.

« Nos lectures chez soi. » Paris, 1910.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.