Du tac au tac

Publié le

horlogerieAuguste Romieu entre un jour chez un horloger du Palais-Royal dans l’intention de le mystifier. 

 Monsieur, lui dit-il avec un accent britannique très prononcé, qu’est-ce que ces petites machines accrochées à votre devanture ?
— Monsieur, ce sont des montres, répondit l’horloger en en mettant une entre les mains de Romieu.
— Ah ! des montres et à quoi cela sert-il ?
— A indiquer l’heure, monsieur.
— A indiquer l’heure ! Et de quelle façon ? 

L’horloger s’épuise en démonstrations, et arrive enfin à lui faire comprendre comment il faut remonter la montre, et cela toutes les vingt-quatre heures. 

— Est-ce le matin ou le soir ? 
— Le matin, monsieur. 
— Ah ! le matin. Et pourquoi pas le soir ? 
— Parce que le soir vous êtes ivre, monsieur Romieu, lui répond l’horloger en souriant.

Louis Loire, 1876.
Peinture : Edouard Kaiser (père).

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s