Ils ont profané le domaine des fantômes

Publié le Mis à jour le

winchesterhouseDes hommes (des cinéastes), pénètrent dans le château hanté de Mrs. Sarah L. Winchester, à San-José, en Californie. Non pas un vieux château à l’ancienne manière, hanté par un fantôme familier. Mais une vaste demeure de 160 pièces qui fut très spécialement construite et dédiée à l’usage des fantômes.

Le 12 juillet 1866,  Sarah et william Wirt Winchester, président de la société Winchester Repeating Arms Company, ont une fille : Annie Pardee. Celle-ci meurt quelques temps après sa naissance des suites d’une maladie. Sarah Winchester sombre vite dans une profonde dépression. Le couple n’aura pas d’autres enfants.

Bien des années plus tard, Sarah hérita d’une immense fortune à la mort en 1881 de son mari William. Ce dernier était le fils de Oliver Fischer Winchester, l’inventeur de la fameuse carabine à répétition. Le père est mort suite à une tuberculose en 1880, et le fils, un an plus tard, décéda de la même maladie.

Sarah Winchester se trouve rapidement à suspecter qu’une malédiction s’abat sur elle et sa famille. Elle fait appel à un médium de Boston qui lui conseille de construire une maison pour elle et tous les esprits des personnes tuées par la carabine Winchester. Pour lui, elle vivra tant que la demeure sera en travaux…

En 1884, Sarah achète alors une ferme de 8 chambres située près de Santa Clara.

Mrs Sarah L. Winchester reçut dès lors la visite de fantômes. Ceux-ci lui parlaient.

J’étais un combattant de la guerre du Transvaal, disait l’un; j’ai reçu dans le front une balle de Winchester. 
— J’étais, disait l’autre un mandarin chinois. Au moment de l’insurrection des Boxers, je reçus six balles de Winchester dans la poitrine. 
— J’étais un grand chef peau-rouge, disait un troisième. Un cow-boy m’a atteint en plein cœur d’une balle de Winchester.

Des centaines, des milliers de fantômes défilèrent devant  Sarah L. Winchester. Il y eut le chercheur d’or australien, le trappeur canadien, le « bon sauvage » de la Nouvelle-Calédonie et toute la cohorte des soldats de la guerre de Sécession : toutes les victimes de la merveilleuse carabine Winchester.

La vieille dame fit appel à son architecte :

Les fantômes, dit-elle, m’ont ordonné de construire un château où ils puissent trouver la paix. Ils m’en ont dicté le plan. Exécutez. 

L’architecte ne pouvait qu’obéir scrupuleusement aux ordres des spectres.

Au centre d’un hall immense, style galerie des glaces de Versailles, il installa une baignoire disposant d’eau chaude et d’eau froide. Les fantômes venant faire la causette chaque nuit à Sarah L. Winchester l’avaient exigé. Comme les « fantômes aiment l’ombre », des verrières furent ornées de panneaux de bois des îles. Les fantômes « détestant apparaître brusquement dans l’air froid de la nuit », des cheminées très hautes furent aménagées.

On agrémenta la demeure d’innombrables escaliers en colimaçons, toits en saillie, recoins obscurs, corridors secrets, glaces tournantes, caves communicantes, perçages dans les murs, cheminées basculantes, statues truquées, bassins à double fond, parquets à charnières.

Quand un entrepreneur protestait et jugeait l’ordre irréalisable, Mrs Winchester le renvoyait :

Je n’admets pas qu’on désobéisse à mes fantômes !

Les portes et toutes les fenêtres furent dotées de contacts électriques très sensibles reliés avec une foultitude de clochettes, cloches, gongs, trompes et sirènes. Quand le vent soufflait, la vaste demeure tremblait de bas en haut.

Mes fantômes se divertissent, se réjouissait Mrs Sarah L. Winchester.

Une année, il y eut un tremblement de terre et une partie du château s’écroula. La vieille dame ne voulut pas qu’on la restaure :

Les fantômes sont de grands enfants, expliqua-t-elle, il faut les laisser jouer.

Les dernières années de sa vie Sarah L. Winchester resta cloîtrée dans son château. Seuls restaient ses chers fantômes et une douzaine d’ouvriers qui exécutaient les aménagements qu’ils ordonnaient chaque nuit. La porte fut close à tout visiteur.

Mrs Sarah L. Winchester est morte depuis presque un siècle, en 1922. Ses dispositions testamentaires en faveur des fantômes sont obsolètes. Des hommes du cinéma, qui tournent un film d’épouvante, viennent d’envahir le château de San José.

Aujourd’hui, la demeure de Sarah Winchester est un monument national et touristique. Elle compte 160 pièces, dont 40 chambres.

Les fantômes ne peuvent plus dormir.

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Ils ont profané le domaine des fantômes »

    telavivcat a dit:
    mai 3, 2018 à 8:17

    A reblogué ceci sur michmich32.

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    mai 3, 2018 à 8:28

    Tiens les fantômes sont exigeants, voila un trait de caractère que je découvre. Il vaut mieux avoir les reins solides avec eux…
    Belle journée Gavroche ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.