Rafraichissements

Publié le Mis à jour le

marchand de cocoQuand le soleil répand ses rayons sur la terre avec une profusion tout estivale, les hommes ont soif. Alors ils se divisent en catégories d’assoiffés et se classent selon leurs moyens et leurs goûts.

Certains s’attablent à la terrasse des cafés ou des brasseries, devant le marbre, protégés par le store confortable qui grince, s’abaisse et se relève suivant les indications du temps. D’autres se laissent choir en sueur à la devanture des marchands de vin ou dominent le zinc du comptoir. Il y a aussi des mortels plus modestes qui demandent aux fontaines Wallace le rafraîchissement de leur gosier brûlant. C’est pour ceux-là ou pour beaucoup d’entre eux, dont la bourse mal garnie contient tout de même quelques pièces de cuivre, que circulait jadis beaucoup plus que maintenant, le marchand de coco, coiffé d’un casque inénarrable, vêtu d’une cuirasse d’Opéra-Comique, promenant sur son dos un énorme cruchon dont une clochette, inlassable, annonçait le contenu. 

Les verres assujettis à sa courroie, un broc d’eau fraîche à chaque main, le marchand de coco passait dans les rues, et désaltérait la foule.On le voyait aussi aux musiques militaires, aux fêtes du Champ-de-Mars, à la foire du Trône à celle de Neuilly. Aujourd’hui, son industrie se perd. Ce n’est plus du coco que l’on vend au peuple pour calmer sa soif. L’ingéniosité commerçante a répandu dans les masses une boisson plus aristocratique, sinon plus inoffensive. 

Cette boisson, c’est la glace. La glace en loterie. Le plaisir de la gagner précède celui de la dégustation. On a la roulette en plein faubourg, à un sou le coup, et l’on gagne au moins une glace. Or, on peut en gagner vingt-cinq. Puisse la divinité qui préside aux hasards de la vie préserver de cette chance excessive le client altéré. marchand de cocoLa glace populaire commença par une timide apparition. Elle s’est généralisée au point que pas une rue passante n’est privée de son petit établissement, installé généralement dans une boutique à louer. Les enfants, les grooms en course, les petites ouvrières aux heures du repas s’arrêtent et tournent la roue, qui n’a rien de commun avec celle de la fortune. La glace où les glaces gagnées, on part, après l’absorption, et la place est laissée à d’autres consommateurs. Le manège recommence plusieurs centaines de fois dans une journée. Le métier, comme on le voit, n’est pas mauvais. 

Les clients heureux, ceux que la veine a favorisés et à qui le sort a alloué plus de liquide congelé qu’un estomac même robuste ne peut en absorber, se livrent à un commerce lucratif qui est tout bénéfice pour eux. Ils revendent au marchand et quelquefois à des tiers la marchandise qui leur appartient et qu’ils n’ont pas consommée. 

On a la chance de réaliser un profit en se désaltérant, ce qui n’existe pas, il faut l’avouer, dans les cafés du boulevard, où les boissons coûtent cependant plus cher. Sont-elles meilleures ? Il y a tout lieu de croire que oui. Ces rafraîchissements populaires inspirent peu de confiance, étant donné que la glace est un des véhicules favoris du microbe. 

Peut-être vaudrait-il mieux, pour les gens aux poches indigentes, s’adresser tout simplement à la fontaine Wallace que d’avaler des glaces multicolores, ou même des glaces sans teint à la menthe, au citron, à la vanille. 

Marcel De Bare. « La Presse. » Paris, 1896.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Rafraichissements »

    karouge a dit:
    mai 19, 2018 à 10:57

    Pistachons les saints de glace, en ce moment c’est un peu trop « rafraîchissant », question de temps!

    J'aime

    Éric G. Delfosse a dit:
    mai 22, 2018 à 12:02

    Miam !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.