Le visiteur nocturne

Publié le Mis à jour le

bibliothequeEn 1860, l’Evening Post relatait un fait assez curieux sur lequel on se livrait depuis quelques jours à des commentaires assez amusants. Les spiritualistes y voyaient une preuve de plus des manifestations de l’autre monde. Les gens sensés reconnaissaient les symptômes d’une hallucination. 

Le docteur Cogswell était bibliothécaire en chef de l’Astor Library. Le dévouement qu’il apportait à l’achèvement d’un catalogue complet de la bibliothèque lui faisait souvent prendre pour son travail les heures qui devraient être consacrées au sommeil, et c’est ainsi qu’il avait l’occasion de visiter seul, la nuit, les salles où tant de volumes sont rangés sur les rayons. 

Vers 23 heures, il passait ainsi, le bougeoir à la main, devant un des meubles garnis de livres, lorsque, à sa grande surprise, il aperçut un homme qui paraissait examiner avec soin les titres des volumes. Imaginant tout d’abord avoir affaire à un voleur, il recula et examina attentivement l’inconnu. Sa surprise devint bien plus vive encore lorsqu’il reconnut dans le nocturne visiteur un docteur, qui avait vécu dans le voisinage de Lafayette Place, mais qui était mort et enterré depuis six mois. 

M. Cogswell ne croyait pas beaucoup aux apparitions et il s’en effrayait encore moins. Il crut néanmoins devoir traiter le fantôme avec égards :

Docteur, lui dit-il, comment se fait-il que vous qui, de votre vivant n’êtes probablement jamais venu dans cette bibliothèque, vous la visitiez ainsi, après votre mort ? 

Le fantôme, troublé dans sa contemplation, regarda le bibliothécaire avec des yeux ternes et disparut sans répondre. Pensant qu’il était victime d’une hallucination due à quelque plat indigeste qu’il aurait mangé au dîner, il retourna à son travail, puis s’alla coucher et dormit tranquillement.

Le lendemain, à la même heure, il lui prit envie de visiter encore la bibliothèque. A la même place que la veille, il retrouva le même fantôme, lui adressa les mêmes paroles et obtint le même résultat. M. Cogswell examina alors les rayons qui semblaient intéresser si vivement le fantôme, et par une singulière coïncidence, reconnut qu’ils étaient tous chargés d’ouvrages anciens et modernes de nécromancie. Le lendemain, quand pour la troisième fois il rencontra le docteur défunt, il varia sa phrase et lui dit : 

Voici la troisième fois que je vous rencontre, docteur. Dites-moi donc si quelqu’un de ces livres trouble votre repos, pour que je le fasse retirer de la collection.  

Le fantôme ne répondit pas plus cette fois que les autres, mais il disparut définitivement. Le persévérant bibliothécaire a pu revenir à la même heure et au même endroit, plusieurs nuits de suite, sans l’y rencontrer. 

Cependant, sur l’avis des amis auxquels il raconta l’histoire, et des médecins qu’il avait consultés, il se décida à prendre un peu de repos et à faire un voyage de quelques semaines jusqu’à Charlestown, avant de reprendre la tâche longue et patiente qu’il s’était imposée. Comme ses proches, M. Cogswell était d’opinion que la fatigue lui avait sans doute provoqué l’hallucination du visiteur de la nuit.

Illustration : montage.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le visiteur nocturne »

    jmcideas a dit:
    mai 30, 2018 à 10:12

    Le visiteur de nuit est toujours dans vos rêves
    Son apparence varie
    Tantôt il est un ami
    Tantôt il est un ennemi
    Seul le petit jour vous ramène à la vie
    à vos êtres familiers, pardi !
    et votre journée n’est que l’envie de le revoir, cette nuit !
    😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.