Un éditeur dangereux 

Publié le

lecteursCet éditeur dangereux, c’est M. Fayard (Arthème pour les dames et les amis). Déjà, il y a une quinzaine d’années, il commit une action, que la crainte des représailles correctionnelles m’interdit de qualifier. 

Il donna, au public, pour quatre-vingt-quinze centimes, les romans de « Modern-Bibliothèque ». Dix-neuf sous imprimés sur beau papier, et illustrés par les maîtres du dessin, les meilleures œuvres de la littérature contemporaine ! Ce fut un scandale.

Ses confrères levèrent les bras au ciel pour le prendre à témoin de ce coup de folie et souhaitèrent ardemment qu’il fut promptement châtié. Las ! Le public fit fête à la nouvelle édition. Et les bons confrères durent se résigner à imiter le susdit Fayard (Arthème).

Mais voici que cet Arthème vient de se signaler par une nouvelle extravagance, qui peut causer un préjudice colossal à ces messieurs de l’édition.

Ne s’est-il pas avisé que, la vie devenant chaque jour plus coûteuse, il serait équitable de payer plus cher les artistes, qui travaillent pour lui ? Alors que nombre de directeurs de journaux faisaient observer, judicieusement, à leurs dessinateurs que c’était par charité pure, qu’ils continuaient à utiliser (à prix réduit) leurs crayons, le citoyen Fayard, lui, a jugé opportun de payer les dessins qu’il accepte, 25 % de plus qu’avant la guerre

Voilà, n’est-il pas vrai, un monsieur fort dangereux. Aussi comprenons-nous fort bien l’émotion indignée que cette conduite, qui se passe de commentaires, a provoquée chez la presque totalité de ses bons confrères.

Çà et là, j’ai déjà entendu insinuer que ce Fayard était fou. Mais nulle part je n’ai ouï dire que, cette fois encore, ses bons confrères l’imitaient.

« La Pomme cuite. » Paris, 1918.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un éditeur dangereux  »

    francefougere a dit:
    juillet 3, 2018 à 9:09

    Couverture jaune illustrée de gravures sur bois, je crois ?
    amitiés – merci pour tous ces beaux articles variés

    Aimé par 1 personne

    iotop a dit:
    juillet 4, 2018 à 9:22

    Bon jour,
    Cancre patenté, j’ai appris à compter et écrire avec le soutien scolaire des cahiers des éditions fayard… (souvenirs difficiles) … mais bon, on me disait qu’il fallait apprendre pour avoir un métier … j’ai jamais eu vraiment de métier …et enfin de compte je m’aperçois que cela ne sert pas à grand d’apprendre à l’école … si ce n’est de savoir lire, écrire … juste l’essentiel.
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.