Adoration wagnérienne

Publié le Mis à jour le

r. wagnerVous n’ignorez pas que tout à Bayreuth est à Wagner, qu’on y débite une liqueur du Saint-Graal, un boudin de sang du Dragon et que l’on y boit un Champagne Walkyrie qui évoque, pour les initiés, l’hydromel que Brunehilde et ses sœurs offraient, dans le Wall-Hall, aux braves, morts au combat.  

Il manquait un peu d’humour dans cette débauche d’idolâtrie wagnérienne; et une jeune  miss l’y a apporté la saison dernière, nous révèle Le Ménestrel : elle se promenait pudique et souriante, aux abords du  théâtre uniquement consacré à Richard Wagner et, moyennant trois marks, offrait aux fidèles de leur montrer quelque chose qui devait inévitablement leur plaire, puisque c’était consacré à la gloire du Maître. 

Et, quand elle avait reçu ses trois francs soixante-quinze, elle ouvrait vivement son corsage et, sur son décolleté, montrait le portrait de Wagner tatoué en bleu et rouge. 

Elle avait grand succès ! 

Maurice Gérard. Paris, 1904.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Adoration wagnérienne »

    anne35blog a dit:
    juillet 16, 2018 à 2:07

    le tatouage qui redevient à la mode de no sjours!

    J'aime

    L'Ornitho a dit:
    juillet 17, 2018 à 9:14

    Walkyrie et tatouages … faut voir !?

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.