Les blondes sont-elles destinées à disparaître ?

Publié le Mis à jour le

blondeL’exemple tragique de Joan Harlow, baptisée « blonde platinée » par un imprésario ingénieux qui voulait attirer l’attention d’Howard Hughes, semble indiquer que les blondes sont moins bien « adaptées » à la vie moderne que les brunes. 

En 1930, un imprésario de Broadway, un certain Charles Washburn, décida de lancer une petite actrice, à laquelle il s’intéressait particulièrement. Il songeait surtout à attirer l’attention du producteur millionnaire Howard Hughes  (mais oui, celui-là même qui vient de passionner le monde en accomplissant ce raid aérien phénoménal) qui se préparait à réaliser un grand film d’aviation, Les Anges de l’Enfer. La petite protégée de Charles Washburn se nommait Joan Harlow. 

Une formule… un succès… 

Cependant l’esprit inventif de Charles Washburn ne tarda pas à découvrir une idée intéressante. Il trouva un terme imagé pour désigner la couleur des cheveux de Joan Harlow (blonde platinée) et fit là-dessus une publicité dont le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle fut d’un prodigieux rapport : non seulement Joan Harlow fut choisie par Howard Hughes pour interpréter le principal rôle féminin des Anges de l’Enfer, mais, quelques mois plus tard, tous les coiffeurs étaient assiégés par les fanatiques de ces cheveux blonds  platinés qui formaient autour du visage un si gracieux halo. 

En eût-il été de même si elles avaient su le danger qu’elles couraient en agissant ainsi ? Car de récentes études médicales ont démontré que les blondes étaient moins résistantes que les brunes, « moins adaptées » à la vie moderne, et aussi moins équilibrées. 

Le bain de soleil est un suicide pour les blondes. 

« L’épiderme des blondes, déclare le Dr Stotter, est très blanc, en raison de l’absence de pigments et de cette substance que l’on nomme mélanine. A cause de cela, il est incapable d’absorber les radiations solaires ultra-violettes. En outre, l’épiderme des blondes est lisse, alors que celui des brunes présente des aspérités microscopiques qui diminuent l’intensité des radiations solaires en limitant la réflexion. Enfin, les blondes souffrent davantage des coups de soleil, qui peuvent provoquer chez elles de très graves intoxications. »  

Un exemple illustre tragiquement cette affirmation, c’est celui de celle qui fut précisément la première « blonde platinée », la charmante Joan Harlow, qui mourut, l’année dernière, dans des circonstances particulièrement dramatiques. Or le début de la cruelle maladie qui se termina par la mort de la jeune artiste coïncide avec une insolation qui provoqua chez elle une intoxication extrêmement grave. 

Les blondes ne seraient-elles pas faites pour la vie moderne ? 

D’autre part, diverses recherches accomplies par des physiologistes semblent prouver que les blondes s’adaptent plus difficilement que les brunes au rythme de la vie moderne. Différents tests ont établi que la rapidité de leur réactions étaient moins fortes que celles des brunes. Et le Dr Strauss, un oculiste réputé, n’hésite pas à affirmer qu’une blonde, la nuit, au volant d’une automobile, est beaucoup plus dangereuse qu’une brune pour la sécurité d’autrui. En effet, ses prunelles plus claires s’adaptent moins aisément à une vive lumière et la soudaine apparition d’un lampadaire allumé ou des phares d’une voiture roulant en sens inverse peut l’aveugler pendant un temps fort suffisant pour qu’elle perde le contrôle de sa direction. 

En outre, si l’équilibre physique des blondes peut être aisément troublé, leur équilibre  moral  peut souffrir de troubles tout aussi graves. 

Et le célèbre criminologiste Nigel Morland, auteur d’une importante Encyclopédie du Crime, soutient que les criminelles les plus cruelles, les plus impitoyables, sont presque toujours des blondes. 

Nos ancêtres étaient-ils blonds ? 

Et, pourtant, nul ne songe à mettre en doute que les blondes connaissent aujourd’hui une vogue extraordinaire. Les hommes préfèrent les blondes, disait un livre qui connut un prodigieux succès, voici quelques années. C’est encore aujourd’hui une théorie fort soutenable. 

S’agit-il donc d’une mode passagère ou, au contraire, d’une très lointaine survivance ?  Certes, aujourd’hui, les peuples blonds constituent, dans le monde, une infime minorité, mais il n’en fut peut-être pas toujours ainsi. 

On sait que le pelage des êtres vivants qui habitent les régions froides est plus clair que celui des êtres qui hantent les régions chaudes. Le type même des animaux de l’immense désert glacé du pôle n’est-il pas l’ours blanc ? Or l’homme existait déjà sur la terre  pendant la période glaciaire, qui dura des siècles et des siècles. A ce moment, la race humaine devait être blonde. 

D’autre part, on constate fréquemment que des nouveau-nés qui sont d’un blond très clair deviennent brun foncé par la suite; or les biologistes ont établi que les signes particuliers des jeunes enfants correspondent à ceux de nos ancêtres lointains. Enfin, les statistiques ont prouvé que les blondes mettent beaucoup plus souvent des jumeaux au monde que les brunes. Or nos ancêtres (comme la plupart des animaux) donnaient très fréquemment naissance à des jumeaux, triplés et quadruplés. 

Tout ceci semble démontrer que nos ancêtres étaient blonds et que les bruns ne sont que des échantillons dégénérés de la race primitive. 

A l’appui de cette hypothèse, on peut citer les remarques des dermatologistes, qui ont étudié le pelage des animaux et… des êtres humains. A mesure qu’on s’éloigne du type primitif, la densité du pelage diminue. Or la chevelure d’une blonde comprend environ 150 000 cheveux, tandis que celle d’une brune n’en comporte que 80 à 100 000, et celle d’une rousse, 25 000 seulement. 

L’avenir est aux brunes.

« Confidences. » Paris, 1938.
Illustration (capture d’écran) : Sarah Gadon, « La 9ème vie de Louis Drax. » Alexandre Aja, 2016.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Les blondes sont-elles destinées à disparaître ? »

    iotop a dit:
    août 26, 2018 à 7:24

    Bon jour,
    Article édifiant : « les bruns ne sont que des échantillons dégénérés » et pour conclusion : « L’avenir est aux brunes » … 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 3 personnes

    karouge a dit:
    août 26, 2018 à 7:51

    A mon humble avis, les blondes ne disparaîtront que si le Monde part en fumées. Les brunes (Gitanes et Gauloises) ont déjà quasiment disparues de la Planète!
    (Mais enfumer la Rousse -argot- reste toujours de mise!)

    Aimé par 1 personne

    juliette a dit:
    août 26, 2018 à 7:56

    Coucou Gavroche 🙂

    Aimé par 1 personne

    juliette a dit:
    août 26, 2018 à 8:14

    les blondes sont douces :mrgreen:

    Aimé par 1 personne

    Esther Luette a dit:
    août 27, 2018 à 3:03

    Le comptage des cheveux me met dans la joie la plus pure 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.