Paderewski et le cireur

Publié le

paderewskiDe nombreuses anecdotes courent sur le compte des célébrités de ce monde. On leur attribue des bons mots, des aventures qui, souvent, sont sortis de l’imagination fertile de ceux qui les racontent. Voici une histoire qui arriva au fameux compositeur Paderewski et qui a, au moins, le mérite d’être authentique. 

Un jour, Ignacy Paderewski flânait dans la rue principale d’une grande ville yougoslave. Un petit cireur de bottes l’interpelle : 

— Cireur, M’sieu ? demande le gamin aux mains et au visage aussi noirs que le contenu de sa boîte à cirage. 
Merci, mes chaussures sont propres, mais si tu veux te laver la figure et les mains, tu auras cette pièce de vingt dinars. 

Le petit cireur se précipite vers une fontaine et revient au bout de quelques instants aussi propre et luisant qu’un sou neuf. 

 Voilà, dit Paderewski en lui donnant la pièce. 

Alors l’enfant le regarde et, lui rendant les vingt dinars : 

— Gardez-la, M’sieu, et allez vous faire couper les cheveux. 

Le célèbre musicien portait en effet la longue chevelure qu’affectionnent les poètes et les musiciens, mais, moins obéissant que le gamin, il n’obtempéra pas.

« Ric et Rac. » Paris, 1938. »
Peinture de Charles Edward Chambers.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.