Coup de pub

Publié le

charles boyerA-t-on ou n’a-on pas arrêté Charles Boyer ? Ce sympathique artiste a-t’il été victime d’une méprise, d’une brimade ou d’un mauvais plaisant ?

Toutes les demoiselles de Paris et d’ailleurs sont bien anxieuses, car cet aimable garçon, qui joue les gangsters élégants et manie la mitraillette avec une gracieuse désinvolture, a fait des ravages dans bien des cœurs.

Or, on nous apprend que Charles Boyer tournait l’autre jour un nouveau film dans le Palais de Justice et la prison de Saint-Omer. Le gardien-chef, trop bien trompé par le scénario et la mise en scène trop fidèles, mit incontinent Charles Boyer sous les verrous. boyer-berleyIl fallut parlementer et on eut beaucoup de mal à faire libérer l’acteur professionnel prisonnier amateur. Mais un journal nous apprend qu’à la même date exactement, M. Charles Boyer était à Hollywood.

Une seule explication : le chef de publicité de M. Charles Boyer s’est trompé et a fait publier un peu prématurément un communiqué ingénieux…

« Vendredi. » Paris, 1938.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.