La machine infernale du ministère de la Marine

Publié le

colis ministereC’est une histoire que M. Théophile Delcassé n’a jamais apprise. Pourtant, sa vie faillit sans doute être mise en danger. Peut-être ce fut un attentat, manqué grâce au courage des membres de son cabinet, qui négligèrent ensuite de l’en avertir. Car ils avaient pris le danger pour eux, et, enthousiastes de travailler sous les ordres d’un homme qui se donnait sans ménagement à sa tâche et leur offrait l’exemple du patriotisme à l’oeuvre, ils craignirent de le distraire inutilement, et ils eurent la jolie pudeur de ne pas se faire valoir. 

Un paquet mystérieux arrivait d’Allemagne, adressé au ministre personnellement. Etait-ce un échantillon industriel ? ou bien quelque fourniture commandée depuis longtemps ? On fit des recherches dans le dossier des envois annoncés, mais on ne trouva rien. Tout le monde était perplexe et considérait avec inquiétude le surprenant objet. La bizarrerie de sa forme oblongue ne laissait pas de provoquer des hypothèses singulières. L’un conjecturait que ce pouvait être un modèle d’obus. L’autre voulait que ce fût une batterie de gamelles perfectionnées. Et l’on contemplait l’extraordinaire colis sans parvenir à se mettre d’accord sur une interprétation raisonnable. 

Quelqu’un se dévoua et entreprit de l’ouvrir. Il le saisit par une extrémité, dévissa une calotte de métal et découvrit des fils qui s’entre-croisaient à l’infini. Puis, retournant l’appareil, il vit une boule d’acier et trois tubes de verre remplis d’un liquide noir. Un officier s’écria : 

— Arrêtez-vous, c’est un engin explosif !

On le laissa sur la table où l’on avait commencé de le démonter. Et ce fut, dans tout le ministère, une procession interminable. Les chefs des bureau, sous-chefs, expéditionnaires, les fonctionnaires des services techniques, les attachés à l’état-major et le concierge venaient l’admirer… de loin. Ils jetaient dans la salle un regard furtif et disparaissaient prestement. 

Seul, un membre du cabinet restait là, comme s’il était de garde. Un ingénieur qui passait aux nouvelles remarqua que la bombe, si bombe il y avait, était exposée au soleil. « Mais elle va éclater ! » dit-il, et il jeta un voile dessus. Et les curieux se succédaient encore. Quelques-uns lançaient un coup d’œil et s’enfuyaient aussitôt. Certains, plus hardis, soulevaient légèrement le voile et s’en allaient à pas retenus. Des militaires d’une bravoure indiscutable vinrent aussi. Ils firent observer qu’il ne fallait pas inutilement se mettre dans le cas d’être déchiquetés par une explosion. On téléphona au laboratoire municipal. L’analyse révéla que la machine contenait des pièces et des liquides de nature et de composition absolument inconnues. Impossible de dire si c’était explosible ou non.

Mais à quelque temps de là, on reçut une lettre avisant le ministère de l’expédition du fameux colis, lequel devait contenir un instrument fait d’un métal et de matières de fabrication secrète. On écrivit à l’expéditeur. Il ne répondit pas. On fit une enquête. Vainement. Personne ne saura jamais de quoi il s’agissait. 

« La Renaissance. » Paris, 1913.

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « La machine infernale du ministère de la Marine »

    iotop a dit:
    octobre 15, 2018 à 5:49

    Bon jour,
    Une sacré histoire qui peut donner lieu à toutes les idées possibles. Et si cet objet venait d’une autre planète ? 🙂 En fait, on peut démarrer une fiction …
    Je note le mot : explosible 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    jmcideas a dit:
    octobre 16, 2018 à 2:10

    Rappelez-vous les enveloppes reçues par nos députés
    Chacun d’eux eut l’audace de l’ ouvrir
    Il ne s’agissait pas d’écouter une mélodie de noël à l’ouverture, mais de quelques grammes de cannabis!
    Imaginez qu’il se fut quelques grammes de simetec (explosif puissant) et la chambre eut été décimée!
    A craindre que tout courrier adressé à ‘Monsieur le président de la République’ ne l’envoi ad-patres ?
    Soyons sérieux, un attaché au cabinet du Président, ne le serait plus en une 1/2 seconde!
    😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.