Tromperie sur la marchandise

Publié le

ludovic pietteDes journaux viennois racontent que le bohémien Sandor S…… était venu présenter son étal au marché d’un village avec une cage pleine de superbes canaris. La foule des amateurs ne manqua pas d’admirer ces oiseaux qui se faisaient remarquer par l’éclat de leur plumage plus que par leur ramage.

Sandor fit de bonnes affaires mais il n’avait pas encore vendu tous les produits de son élevage que la pluie se mit à tomber.

Un de ses clients revint en poussant des cris d’indignation. Il rapportait au bohémien un canari qu’il venait d’acheter. Le volatile avait déteint au contact de la pluie, se révélant alors comme un vulgaire moineau…

Et, pour ces faits, le trop ingénieux Sandor S…… s’est vu infliger trois semaines de prison. Voilà qui lui permettra d’attendre le beau temps.

D’après « Le petit Journal. » Paris, 1935. 
Peinture : Ludovic Piette.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Tromperie sur la marchandise »

    karouge a dit:
    octobre 18, 2018 à 4:29
    L'Ornitho a dit:
    octobre 19, 2018 à 9:25

    A défaut de merles, il mangera des grives …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.