A qui la peau ?

Publié le Mis à jour le

livreUn marchand de livres de la rive gauche offre dans sa vitrine, aux amateurs, un ouvrage relié en peau humaine… En peau de femme, affirme le commis. Et il vous fait remarquer la finesse du grain, sa souplesse… : « On dirait du veau, conclut-il avec admiration. » Il ne dit pas toutefois le nom — connu ou inconnu — de la pauvre créature qui a fourni cette reliure romantique. L’histoire, d’ailleurs, est pleine d’histoires macabres de ce genre.

La peau du Bohémien Ziska a servi, d’après la volonté même du célèbre guerrier, à faire un tambour. Sur la porte de quelques vieilles églises anglaises on clouait jadis des restes de peaux de Danois. 

On conservait au muséum de la Philosophical Institution, à Raiding, un petit morceau de la peau de Jérémie Bentham. On montrait aussi, dans la bibliothèque de Bury-Saint -Edmond, un livre relié avec la peau de l’assassin Corder. En mai 1855, on signala dans une vente publique un livre sur le procès de l’assassin Charles Smith, exécuté le 3 décembre 1817, à Newcastle-on-Tyne. Un des feuillets de ce livre était fait de la peau de ce misérable. 

Mais il y a plus. On garda longtemps mémoire, à Sens, d’un certain médecin,le docteur Boudreau, qui avait, disait-on, une culotte faite avec la peau d’un Turc, lequel avait assommé, plusieurs mariniers du coche d’Auxerre, qui avaient eu l’imprudence de lui couper la barbe pendant son sommeil.

« Excelsior. » Paris, 1920.

Publicités

5 réflexions au sujet de « A qui la peau ? »

    lesbellessources a dit:
    janvier 30, 2019 à 5:26

    La chair de poule vraiment que ces pratiques!

    J'aime

    iotop a dit:
    janvier 30, 2019 à 6:44

    Bon jour,
    Et, c’était cher, comme ouvrage ? 🙂 (bon, je sors)
    Max-Louis

    J'aime

    juliette a dit:
    janvier 30, 2019 à 7:33

    il l’avait dans la peau !
    j’ai déjà lu des histoires aussi romantiques que celles ci , d’Edgar Poe peut être …
    et peau d’âne alors ?
    Bref je ne peaufine pas et je te salue Gavroche 😊

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    janvier 31, 2019 à 7:13

    Quelle drôle d’idée, morbide non ?

    J'aime

    jmcideas a dit:
    février 6, 2019 à 2:01

    Edgar poe a bercé mes pensées- lui-même sait dire ce que la déchirure peut révéler son cœur
    Un dramaturge à fleur de peau
    Navré de jouer sur les mots

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.