Un secret

Publié le

nicephore_niepce_photographieNous trouvons dans le Mechanics’ Magazine, sous la signature de M. John Lotsky, auquel nous en laissons toute la responsabilité, les lignes suivantes : 

Feu Francis Bauer, membre de la Société royale de Londres, et peintre botaniste de New Gardens, me raconta, dit M. Lotsky, l’anecdote suivante

Au commencement de ce siècle, M. Nicéphore Niépce vint me rendre visite et me montra quelques épreuves d’une gravure ou d’un dessin, dont la netteté était étonnante, mais dont il me fut impossible de découvrir la nature du procédé. Comme M. Niépce parlait avec chaleur de l’importance de sa découverte, je l’engageai a adresser un mémoire sur ce sujet à la Société royale de Londres, dont je n’étais pas encore membre. M. Niépce le fit, mais il ne mentionna son invention qu’en termes généraux, ne voulant pas découvrir tout d’un coup le secret de la préparation de sa planche. Le conseil de la Société royale répondit que puisqu’il y avait un secret dans l’invention de M. Niépce, il ne pouvait en prendre connaissance. Et tout se termina là. 

On comprend aisément que tout corps savant honorable ne veuille pas s’occuper d’un secret pour la destruction de la vermine, ou de celui d’un remède de bonne femme pour amener la cure de quelques-uns de ces maux que la médecine est impuissante à guérir; qu’il veuille, au contraire, les rendre publics s’ils doivent être d’une incontestable utilité au genre humain. Mais pourquoi devait-il en être ainsi de la photographie ? M. Niépce quitta l’Angleterre. Je crois que M. Louis Daguerre lui-même ne lui contesta jamais la priorité ou au moins la contemporanéité de sa découverte. Voilà cependant les motifs qui font que la photographie (héliographie) est devenue une invention française, et non anglaise.

Comme les originaux du mémoire de M. Niépce, ainsi que ceux de toute sa correspondance avec la Société royale, doivent être encore à Somerset House, leur publication ne laisserait pas que d’intéresser vivement les nombreux admirateurs de l’héliographie, qui deviennent de jour en jour plus nombreux.

« La Lumière. » Paris, 1856.
Illustration : Point de vue du Gras, la plus ancienne photographie conservée, réalisée par Nicéphore Niépce en 1827.

Une réflexion au sujet de « Un secret »

    jmcideas a dit:
    février 19, 2019 à 3:02

    J’adore les secrets
    La littérature actuelle ne plonge pas assez dans ce domaine
    On la remplace par des énigmes policières minables
    Cependant, ‘le secret’ fut de tout temps, des interrogations palpitantes
    Dixit ‘le collier de la reine’
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_collier_de_la_reine
    Aujourd’hui, des relations secrètes se réalisent par téléphone secrets
    Affaires Sarkosy & récemment Benalla
    Toutes affaires sont tenues au secret–surtout celles d’échanges commerciaux.!
    Dixit
    On vends un bâtiment sous-marin, en échange d’informations défense
    SIC

    (Tout aspect peut m’être transmis en comment)

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.