Petites nouvelles…

Publié le Mis à jour le

Des autos sur la Grande Muraille

grande-muraille

On verra tout… même une des sept merveilles du monde transformée en autostrade. C’est ce que vient de décider la jeune génération chinoise qui ne respecte rien.

La Grande Muraille, d’après le plan qu’a approuvé le ministre des Travaux publics, est assez large pour laisser passer de front plusieurs voitures. Si ses 4.000 kilomètres ne sont pas tous en bon état, par contre, le tronçon entre la mer et l’ouest de Pékin est réparable et peut être facilement modernisé.

Shi-Kouang-Ti, l’empereur à qui l’on doit ce gigantesque travail doit s’en retourner dans sa tombe. D’après la légende, ce dernier avait ordonné d’ajouter aux fondations les cadavres de milliers d’ouvriers.

 

Une nouvelle ruée vers l’or

ruee-or

Les indigènes de la colonie anglaise de Kenya redoutent un nouveau rush de la part des prospecteurs blancs attirés par l’appât du métal jaune.

On a eu beau leur promettre, en 1930, que leurs terrains de chasse et d’élevage seraient protégés, rien n’a pu empêcher l’arrivée de chercheurs d’or.

Et le gouvernement s’en est tiré élégamment, en leur expliquant que l’inaliénabilité ainsi promise concernait uniquement le sol et n’avait jamais été étendue pour le sous-sol.

La situation pourrait rapidement devenir critique.

 

Au pays de la liberté

herge_tintin

Le directeur d’un petit journal américain de Huntington, dans l’Etat d’Indiana, M. Claire W.-H. Bangs, avait publié sur la à-côtés de la crise quelques détails qui n’étaient à la gloire ni des autorités locales ne des « pouvoirs établis » de la ville.

La riposte ne se fit pas attendre : on lui coupa non seulement le gaz, comme dans Courteline, mais en même temps l’eau, l’électricité, la force motrice et le téléphone.

M. Bangs, dont le nom à lui seul est tout un programme, est journaliste, c’est-à-dire entêté, et ne se démonte pas pour si peu. Un vieux moteur d’automobile lui permit de faire marcher linotypes, presse et rotatives. Pour s’éclairer, il rafla toutes les lampes à pétrole du marché.

Et le Huntington News continua comme par le passé à dire ce qu’il avait envie de dire.

« Balzac : bimensuel médical, artistique et littéraire. » Paris, 1933.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.