L’homme aux cent lits

Publié le Mis à jour le

alexandreOn comprendra par ce qui suit que nous n’avons pas le droit de troubler la quiétude de ce citoyen anglais, en livrant son nom à la publicité.

Richard W…, faute d’argent, ignora les douceurs du traversin durant les plus belles années de sa jeunesse. Devenu vieux et millionnaire, il amuse toute l’Angleterre par son amour fou de lit et de ses accessoires. Une simple pile de matelas bien dodus lui semble plus plaisante à voir qu’un quarteron de jolies filles.

Dans sa maison, le lit règne sur tous et sur toutes choses. Lit à colonnes, dans la chambre à coucher. Au salon, lit Louis XVI, œuvre de Boule ! Lit Empire au beau milieu de la salle de réception ! Lits romains dans la salle à manger ! Lits sommaires de bénédictins dans la bibliothèque ! Lits dans les water-closets ! Chaque acte de la vie, prétend cet excentrique, doit s’accomplir au lit de manière à n’exiger qu’un minimum de dépense de forces.homme litIl ne réserve pas aux seuls humains les jouissances du lit. Les chiens, les chats, les singes, les cochons d’Inde trouveraient chez lui de fort riches couchettes s’il daignait les admettre dans son logis. Mais il n’aime que le lit. Et de la cave au grenier, ses domestiques sont les humbles serviteurs du lit, tapant les mols oreillers, tirant les courtepointes, étalant des draps blancs comme lis, bordés de fines dentelles.

Les valets doivent, chaque jour, défaire et refaire toutes les couches imaginées par leur maître. Naturellement Richard W… reste au lit pour payer ses fournisseurs, recevoir ses amis, se raser, et faire ses mouvements de gymnastique…

Il a préparé soigneusement son dernier lit : un cercueil ample, solide, capitonné de satin blanc. Et il va tous les matins tâter de la main les rondeurs d’édredon qui lui feront plus doux le repos de la nuit sans fin.

« Mon dimanche : revue populaire. » Paris, 1902.
Illustration : « Alexandre le bienheureux. » d’Yves Robert, 1968.

2 réflexions au sujet de « L’homme aux cent lits »

    iotop a dit:
    juin 10, 2019 à 7:01

    Bon jour,
    Étonnant ! 🙂 Je retiens le mot « quarteron » … et quoi que dit le commentateur « … quarteron de jolies filles » n’a pas eu l’audace d’aller plus avant … au lit 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    juin 12, 2019 à 2:54

    Moi, j’ai connu l’homme aux pissenlits, faucheur à merveille au raz des pâquerettes!
    Ce comment aussi.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.