Préjugés populaires

Publié le Mis à jour le

georges bouetDans les villages de la Normandie, certains préjugés se rattachent encore à la veille de Noël. Ainsi on prétend que, dans cette nuit exceptionnelle, les bœufs, les vaches, les ânes, tous les habitants des étables et des écuries sont gratifiés du don de la parole. Ils s’entretiennent gravement des devoirs de leur condition, et se plaignent ou s’applaudissent des traitements de leurs maîtres. Le miracle ne se produit point devant les personnes qui ont un péché mortel à se reprocher. 

Un peu avant la messe de minuit, on place dans la cheminée une très grosse bûche qu’on appelle le tréfouet*, parce qu’elle doit servir au foyer pendant les trois fêtes de Noël. Lorsqu’elle est à demi brûlée, on l’éteint en jetant de l’eau bénite dessus, et on la garde soigneusement, afin que la maison soit préservée de  la foudre toute l’année. Il est indispensable que le tison ait brûlé pendant les trois nuits de fête. Un morceau de pain, bénit à chacune des fêtes, a les mêmes propriétés que le tréfouet.

Certains monuments druidiques surnommés, à cause de cette circonstance, pierres tournantes ou tourneresses, s’animent et se mettent d’eux-mêmes en mouvement la veille de Noël, à l’heure de minuit. On voit que rien n’est neuf sous le soleil, et que le neuf n’est bien souvent que du rajeuni. Les tables tournantes ont été de bien longtemps devancées par les pierres tournantes. Le brevet d’invention que les Américains avaient pris  paraît bien exposé à révision. Dans la commune de Condé-sur-Loison, arrondissement de Falaise, se trouve une pierre de ce genre, dite la Pierre cornue. Les habitants des environs ont, disent-ils, remarqué qu’au premier chant du coq, à minuit, on la voit s’ébranler et descendre vers la grande fontaine, située à quelque distance, pour s’y désaltérer. 

Est-il besoin de démentir de telles superstitions ?

*Du latin tres foci, « trois feux »
« Almanach astrologique : magique, prophétique, satirique et des sciences occultes. » Paris, 1858.
Peinture : Georges Bouet.

5 réflexions au sujet de « Préjugés populaires »

    karouge a dit:
    juin 19, 2019 à 5:52

    quand on pense qu’avec l’Intelligence Artificielle on commence à comprendre le langage des animaux, quand celui-ci sera « audible » et surtout compréhensible par les hommes, ceux-ci n’auront pas fini de se faire enguirlander ! j’entends déjà le ramdam dans les basses-cours et les étables!

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    juin 19, 2019 à 7:40

    Les très beaux contes de Noël de Jean de la Varende le racontent aussi …
    Tout est possible, la nuite de Noël !
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

    marie a dit:
    juin 20, 2019 à 1:49

    Bonjour, non, on ne détruit rien, c’est si beau les contes, si j’y crois? sans doute un peu , mais après tout peu importe, il font rêver, font partie de notre patrimoine et puis je crois aussi aux miracles, Merci c’est très agréable à lire. Bon après-midi MTH

    Aimé par 1 personne

      Gavroche a répondu:
      juin 21, 2019 à 11:26

      Quelqu’un a dit a peu près ces mots : « Il ne m’intéresse pas de savoir que ces histoires sont vraies ou non, du moment qu’elles sont belles… »
      Bonne soirée Marie 🙂

      Aimé par 1 personne

    […] via Préjugés populaires — Gavroche 60 […]

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.