Il n’y a plus de  « Temps des Cerises »  pour Thérèse Clément

Publié le Mis à jour le

cerises

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête…

En écrivant les paroles de sa romance, Jean-Baptiste Clément ne se doutait guère qu’un jour viendrait où sa veuve ne pourrait même plus s’offrir, comme au bon vieux temps, ces « pendants de corail » qu’il chantait.

Depuis quarante-cinq ans qu’il est mort à Duboin, d’un cancer au foie, Thérèse Clément habite, avec une vieille amie, un modeste petit logement de la rue des Abbesses, non loin de la place qui porte le nom de son mari et de la maison où ils vécurent ensemble.

Fils d’un meunier de Boulogne-sur-Seine, Jean-Baptiste Clément avait été apprenti tourneur avant de fréquenter les muses. Rictus n’aurait pas désavoué sa première chanson, Si j’étais le bon Dieu, dédiée aux humbles. Militant révolutionnaire, il participa activement à la Commune et dut s’enfuir en Angleterre, comme Vallée, après la défaite des fédérés. A Londres, pour vivre il se fit encadreur et donna des leçons de français.  

la commune 1871
La Commune, 1871

Rentré d’exil, il fut rédacteur en chef au journal de Gérault-Richard, La Petite République, et gérant de la première librairie socialiste du boulevard de Clichy. Il reprit également son activité de chansonnier, connut Thérésa, Mercadier, Fragson qu’il retrouvait dans une guinguette des bords de la Marne tenue par Clodoche, un ancien danseur.

Jusqu’à la fin de sa vie, Jean-Baptiste Clément composa. Les chansons naissaient sous sa plume avec une facilité qui déconcertait ses camarades. Il y en avait pour tous les goûts : chansons d’amour, humanitaires et sociales, bluettes, chansons à boire, rondes enfantines. Mais jamais il ne retrouva le succès prodigieux du Temps des cerises, même avec Au printemps dernier, qu’il écrivit pendant sa maladie :

Au printemps dernier, à ma chère aimée
Nous sommes venus dans ces verts sentiers
Le ciel était bleu, la brise embaumée
Par les prés en fleurs et les églantiers.

En 1936, le centenaire de sa naissance a été commémoré sous la présidence de Gustave Charpentier, le compositeur de Louise, par Lucien Descaves, de l’Académie Goncourt, Georges Pioch, Léon Frapié, l’auteur de La Maternelle, Dorival, de la Comédie-Française, le musicographe Jacques-Gabriel Prod’homme, Eugène Manescau qui fit la musique de plusieurs de ses chansons et Raymond Souplex.

chez gegene
Chez Gégène

Depuis, on semble s’être désintéressé du sort de sa compagne. A 78 ans, elle n’a pour vivre que la retraite des vieux (60 francs par jour) et les maigres droits du Temps des cerises, seule chanson de son mari qui soit encore interprétée quelquefois à la radio et au music-hall.

Thérèse Clément m’a montré la dernière feuille de la Société des auteurs. Au terme d’un calcul assez compliqué, j’ai vu qu’il lui revenait la somme fabuleuse de… 3.000 francs. Pour six mois !…

Et la chanson a fait le tour du monde à la radio, au disque, au cinéma, bénéficiant du talent d’artistes tels que Ninon Vallin, Vanni-Marcoux ou Richard Tauber !

A peine sorti de la vieille maison de la rue des Abbesses, l’ardoise d’une marchande de quatre-saison attira mon regard : Cerises « extra », 100 francs le kilo

Avec 60 francs par jour ! 

Mais il est bien court le temps des cerises.

Bien dur, aussi, pour les veuves des poètes… 

thérèse clément

Jacques Parrot.« Les Lettres françaises. » Paris,17 juin 1948.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Il n’y a plus de  « Temps des Cerises »  pour Thérèse Clément »

    marie a dit:
    juillet 4, 2019 à 1:32

    Bonjour une très jolie chanson, le temps des cerises c’est encore chez nous, on y croyait pas, et bien si, on en mange tous les jours Bon après-midi Amitiés MTH

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    juillet 11, 2019 à 11:45

    OK, OK, le temps des cerises est fugitif, on le sait
    -tout comme le temps des pommes!
    et autant de chansons à la mélodie bien ficelée
    ……………….
    Elles sont même une rente via la SACEM

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.