Haro sur les confetti

Publié le Mis à jour le

Jurisprudence établie pour le prochain carnaval

carnavalLe jeu qui consiste à inonder les passants inoffensifs de petits ronds de papier plus ou moins propres a déjà soulevé plus d’une protestation. 

Le soir du 14 juillet, un commissaire de police de Rouen recevait en pleine figure une poignée de confetti. Il dressa procès-verbal contre le délinquant, un sieur Amédée Lebon, en faisant connaître son titre. 

Traduit d’abord devant le tribunal correctionnel, le prévenu eut beau soutenir qu’il ignorait la qualité du plaignant, il se vit infliger quinze jours de prison et 5 francs d’amende.

Lebon interjeta appel de cette condamnation, mais la cour a cru devoir la maintenir, tout en faisant à l’amateur de confetti application de la loi Bérenger

« La Joie de la maison. » Paris, 10 novembre 1892.

Confetti et serpentins

carnaval niceNous, Maire de la Commune de Sidi-Bel-Abbès, Chevalier de la Légion d’Honneur.
Vu la loi du 5 Avril 1884, notamment en son article 97;
Considérant qu’à l’occasion des fêtes du Carnaval, le public a l’habitude de se porter en foule sur le parcours de la rue de Mascara; que, par suite, la libre circulation des voitures et des cavaliers y devient à certains moments, très difficile et pourrait y occasionner des accidents;
Considérant d’autre part, que la vente sur la voie publique des confettis et serpentins a donné lieu à des réclamations, soit parce que les marchands, débitant ces articles au milieu de la foule entravaient la circulation, soit parce qu’ils livraient aux passants des confettis ramassés dans les rues.

ARRÊTONS :

Article 1er. — Pendant les journées des 12 et 14 courant, à partir de deux heures jusqu’à sept heures du soir, la circulation des voitures autres que celles transportant des personnes travesties et des cavaliers autres que ceux travestis, sera interdite dans la partie de la rue de Mascara, comprise entre les rues Prudon et J-J. Rousseau.
Art. 2. —La vente des confettis et serpentins sera interdite, sur la voie publique, pendant les journées des 12,13 et 14 courant.
Art. 3. — Seront également interdits, pendant les mêmes journées, la vente et le jet de confettis multicolores.
Art. 4. — Le service de la Police, la Gendarmerie et les Gardes-Champêtres, sont chargés de l’exécution du présent arrêté.
Sidi-Bel-Abbès le 10 Février 1899.
Pour le Maire absent :
Le 1er Adjoint : Eug. PERRY. 

« Le Progrès de Bel-Abbès. » Bel-Abbès, 11 février 1899.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Haro sur les confetti »

    theatrealtair a dit:
    juillet 7, 2019 à 6:51

    Respecter l’autorité, yakeça de vrai. Et jeter des confettis d’une seule couleur. Sans blague ! Des gauchistes, pire des anarchistes, qui se moquent de ces messieurs. Pfou !

    Aimé par 2 personnes

    fanfan la rêveuse a dit:
    juillet 8, 2019 à 7:11

    Bonjour Gavroche,
    Je découvre la longue existence des confettis e, lisant tes publications.
    Nous nous plaignons souvent en 2019 mais en 1892 et 1899 on ne rigoler pas, il fallait bien se ternir, à bon entendeur, je file…
    Belle journée Gavroche ! 🙂

    Aimé par 2 personnes

    jmcideas a dit:
    juillet 10, 2019 à 10:24

    Le confetti n’a plus guère la cote (en toute festivité)
    Because, Il en reste toujours, au moins un, dans la chaussure d’une Autorité rabat-joie !

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.