Brèves étrangères

Publié le Mis à jour le

« God save the queen » is french

London-England-UK-Postcard-Guards-Band-near-Buckingham

On vient de publier un document qui a son intérêt, sur les origines du God save the queen, l’air national des Anglais. Il est prouvé aujourd’hui que la musique de l’hymne en question est française. 

Trois dames de Saint-Cyr, Mmes Thibault de la Noraye, de Montler et de Palagny ont affirmé, le 19 septembre 1819, en présence d’un syndic qui a légalisé leur déclaration, que l’air anglais n’était qu’un antique motet conservé par tradition dans la famille de Louis XIV et mis en valeur par Jean-Baptiste Lully.

Une autre preuve : au Musée de Versailles, il existe une horloge qui date de la première moitié du XVIIIe siècle et dont la sonnerie joue un air en tout semblable à celui de l’hymne de nos voisins. 

Armes à feu au théâtre

theatre

A Saragosse, le théâtre Pignatelli joue actuellement une pièce d’aventures intitulée Aux pays inconnus, dans laquelle un brigand représenté par l’acteur Léopold Lasantas doit être tué par un carabinier que joue son frère, Michel Lasantas.

Tout s’est fort bien passé une vingtaine de fois et le carabinier, après avoir fait tomber le brigand de son premier coup de revolver, lui donnait crânement le coup de grâce en déchargeant sur lui encore deux ou trois fois son arme. Mais dernièrement le dernier coup a bel et bien tué le pauvre artiste, car une main inconnue avait substitué une cartouche chargée d’une balle à celle inoffensive qui devait s’y trouver. Le public était tellement affolé quand il eut saisi la gravité de la situation qu’il quitta la salle en masse et que la représentation dut cesser au milieu de l’acte.

Le malheureux assassin malgré lui, qui aimait beaucoup son frère, est devenu fou. 

Fraude découverte 

usa

Les douaniers de New-York viennent de mettre en arrestation une ancienne actrice qui passait d’originale façon des diamants en fraude. 

Cette actrice avait imaginé de faire jeûner son chien pendant deux jours, puis elle faisait avaler à la pauvre bête des boulettes de viande dans lesquelles étaient enveloppés des diamants… qu’elle retrouvait plus tard. Or, un matin, le chien, par trop gavé, mourut à la douane. Les douaniers eurent l’idée de faire procéder à l’autopsie de la bête et l’on trouva dans son estomac tout un petit fonds de joaillier. 

Il n’en fallut pas davantage pour que l’actrice fût arrêtée et poursuivie. La dame, du reste, n’en était pas à son coup d’essai. On estime, en effet, qu’elle a fait passer en fraude pour plus de deux millions de diamants. 

« Le Monde artiste. » Paris, 18 novembre 1900.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.