La redingote du Sous-Préfet

Publié le Mis à jour le

clemenceauC’était au temps où M. Clemenceau était président du Conseil et ministre de l’Intérieur.  Un jour, à la sortie d’un Conseil de Cabinet, M. Ruau, qui présidait à notre Agriculture nationale, s’adresse au patron :

 Mon Président, lui dit-il, je serais très heureux si vous vouliez, recevoir M. Linarès.
— Linarès, fait le Président, qu’est-ce que c’est que ça ?
— Le Sous-Préfet de Libourne.
— Libourne ? continue M. Clemenceau… en Italie?
— Non : Libourne, Gironde.
— Ah ! Qu’est-ce qu’il veut ?
— Il voudrait être Préfet.
— Préfet ! Il n’a donc pas de métier ?
— Si ! il est de première depuis cinq ans.
— Bon, dit le Président, qu’il vienne quand il voudra.

Or, par une belle matinée de printemps, M. Linarès, Sous-Préfet de Libourne, arrive dès huit heures dans l’antichambre de la place Beauveau. A midi et demi il est reçu.

— Vite, monsieur, lui dit le Doge, qui êtes-vous et que désirez-vous ?
— Je suis Linarès, le Sous-Préfet de Libourne.
— Et c’est pour cette raison que vous venez me voir ?
— Non, c’est que je voudrais être Préfet.
— Si tous les Sous-Préfets me demandaient une préfecture, qu’est-ce que je deviendrais ?
— Oui, mais M. Ruau vous a parlé de moi.
— Ruau ? Et puis après ? Est-ce que je m’occupe de ses inspecteurs des Eaux et Forêts ?Non, n’est-ce pas… Alors ? Alors… vous voulez être Préfet. Après tout ça peut se soutenir. Autant vous qu’un autre. Je verrai votre dossier. Et puis je peux bien vous promettre. C’est entendu, je vous nommerai.

Linarès sort du ministère le cœur joyeux et court rapporter la promesse à M. Ruau. Congratulations. Reconnaissance. Dévouement éternel, etc.

Le lendemain, M. Ruau se fait annoncer chez le Patron, et, à peine entré, il le remercie avec effusion… La nomination de Linarès est légitime, elle sera bien accueillie.

 Linarès, s’écrie Clemenceau, qu’est-ce que c’est que ça ?
— Mon Sous-Préfet de Libourne.
— En Italie ?
— Non, près de chez moi, dans la Gironde.
— Et qu’est-ce qu’il veut déjà, le Linarès ?
— Il veut être Préfet et vous lui avez promis…
— Préfet ! s’écrie le Tigre. Jamais… tant qu’il aura cette redingote-là !

M. Ruau sortit fort désappointé. De quel vêtement avait dû se revêtir son Sous-Préfet ? Etait-il démesurément ample ou ridiculement étriqué ? Les manches étaient-elles trop courtes ou tes revers trop étroits ? Un coup de téléphone le rassura.

 Je ne sais pas ce qu’il veut dire, murmura le Sous-Préfet : c’est une redingote toute, neuve, bien prise à la taille et plaquée de soie. Vraiment je n’y comprends rien…

Que faire ? Linarès commanda immédiatement une nouvelle redingote et se présenta à nouveau chez le Président qui, ce jour-là, étant de très bonne humeur, le renvoya immédiatement à sa Sous-Préfecture en le prévenant qu’il lui téléphonerait à sept heures pour voir s’il serait là. Quelques jours après, Ruau lui posa toujours la même question

 Quand nommez-vous Linarès ?
— Linarès, dit le maître, jamais ! entendez-vous… tant qu’il aura des pantalons pareils !
— Mais il a changé de tailleur.
— Je m’en f…, dit le Tigre.

Bref, pendant six mois le Sous-Préfet de Libourne vint au ministère nanti de nouveaux vêtements, les uns clairs, les autres sombres, les uns larges, les autres bien cambrés. Mais rien n’y fit.

Quand M. Clemenceau partit, Linarès fut nommé Préfet. Mais il était trop tard. Clemenceau l’avait ruiné complètement.

« La Semaine politique et littéraire de Paris. » Paris, 17 novembre 1912.

11 réflexions au sujet de « La redingote du Sous-Préfet »

    karouge a dit:
    août 7, 2019 à 4:54

    Pauvre Linarès : au lieu de redingote il eut mieux fait de porter une veste! (ou tout un assortiment de vestes réversibles)

    Aimé par 1 personne

    monett a dit:
    août 7, 2019 à 6:01

    Bonsoir… je lis tous tes billets avec intérêt… mais il est vrai que je pourrais mettre un commentaire plus souvent 🤔

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    août 7, 2019 à 7:38

    Un conte cruel …
    amitiés, Gavroche

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    août 8, 2019 à 7:09

    Bonjour Gavroche,
    Quel bien triste attitude que Mr Clemenceau a eu, j’avoue être interloquée. Il aurait été plus respectueux et directe de refuser cette nomination en donnant la raison le motif.Ce n’est pas gentil comme attitude…
    Très bonne journée Gavroche ! 🙂

    Aimé par 1 personne

      Gavroche a répondu:
      août 8, 2019 à 11:18

      Peut-être avait-il ses raisons, ou bien était-il dans une mauvaise période ?…

      Belle journée Fanfan 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.