Les anticélibataires. 

Publié le Mis à jour le

western« La manière de traiter les célibataires comme ils le méritent » fait l’objet de la méditation des philosophes et des économistes. Ils rêvent de remédier à la dépopulation par le mariage de tout abstentionniste ou d’équilibrer le budget par l’impôt somptuaire qui frapperait les habitudes de sélection parmi les personnes du sexe opposé. La vertu deviendrait ainsi obligatoire et cette fin de siècle pullulante. 

En ces réformes, il convient d’apporter une attentive circonspection et une grande légèreté de main. Le législateur ne risquerait-il pas de blesser à la fois le sentiment, la pudeur et la liberté ? 

Tous ceux et celles qui vivent dans le célibat ne sont pas des égoïstes, moineaux francs qui picorent à toutes les grappes, papillons qui baisent toutes les fleurs. Il en est qui gémissent de leur solitude. Leur réserve n’est pas aversion du mariage, mais timidité devant l’amour. Ajouterez-vous à celui de leur infortune le poids d’une taxe ? 

Tels sont, entre mille, les arguments invoqués par les défenseurs de la liberté individuelle et des tendresses mystérieuses qui vouent un pauvre cœur à l’adoration d’une idole dont il ne saurait approcher, tandis que son regret et son désir suffisent à l’éloigner de toutes les autres. 

Quelle solution à ce problème ? Les Yankees, qui sont gens d’audace, n’ont pas hésité. Voici comment ils ont tranché la question à Deadwood Creek, près de Portland (Etats-Unis). Dans cette petite ville, qui compte environ quinze mille habitants, les célibataires n’ont pas droit de cité. La population orégone leur refuse tout moyen d’existence. L’homme non marié est mis en quarantaine, s’il ne s’occupe immédiatement de chercher une compagne.En passant le seuil de la ville, il se condamne lui-même à la belle-mère forcée. 

Récemment, il se trouva dix-sept jeunes gens résolus qui s’associèrent pour résister à la tyrannie matrimoniale des citoyens et citoyennes de Deadwood Creck. 

A peine cette impertinente association était-elle dévoilée que les femmes du district allèrent trouver le chef de l’arrondissement et déposèrent entre ses mains, pour être soumise aux délibérations du conseil, la proposition suivante : 

« Tout homme non marié ou non fiancé qui, dans le délai de trois ans, après son établissement dans le county, n’aura pas pris femme, sera chassé du district par les soins de la police civile. En cas de résistance, il sera pendu. » 

Elles n’y vont pas de main morte, les mamans et les jeunes filles de là-bas. Pourquoi se gêneraient-elles ? Dans un pays sans célibataires mâles, le conseil du district, composé de gens mariés, ne saurait repousser une proposition déposée par les ménagères sans  s’exposer à de graves sévices, d’ordre culinaire ou autre, en rentrant au foyer : femme et fille se mettraient en grève de caresses et de plats sucrés. Pas un des membres du conseil n’osa voter non. 

La proposition fut donc votée à l’unanimité. Les malheureux dix-sept en appelèrent au  Corps législatif de Washington, qui dédaigna de répondre. Force leur fut de se soumettre ou de se démettre. Cinq prirent ce dernier parti : ils vendirent leurs propriétés et émigrèrent. Dix se soumirent et sont en ménage à leur tour. Un autre est fiancé. Le dernier a été, il y a un mois, reconduit à la frontière par la police. Il ne songea pas à résister. Gibet pour gibet, il eût préféré se pendre au cou d’une gentille miss. Il ne put la trouver à temps. 

C’est même là l’objection la plus sérieuse. 

Philosophes,économistes, moralistes, marieurs de tout pays, chaque célibataire vous répondra comme au percepteur de l’impôt :

« Ce n’est pas la volonté qui me manque, c’est l’objet. Présentez-moi une femme à mon goût et je l’épouse des deux mains. » 

« Le Grand écho du Nord de la France. » Lille, 28 septembre 1890.

3 réflexions au sujet de « Les anticélibataires.  »

    nuage1962 a dit:
    août 7, 2019 à 11:38

    Moi je suis vraiment mieux depuis que je suis célibataire :);

    Aimé par 1 personne

    theatrealtair a dit:
    août 8, 2019 à 12:20

    Une vraie perle celle-là !

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    août 8, 2019 à 8:00

    La finalité est absolue: Une femme à son goût! voilà le problème tant il est un homme à son goût!
    Ce qui correspond à un détail, qui n’oblige pas à un mariage raté.
    😀

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.