Un Samson moderne

Publié le Mis à jour le

victor-matureSi le Samson de la Bible revenait parmi nous, il trouverait un homme digne de se mesurer avec lui. On va en juger par cette histoire authentique qui nous vient de Russie.

Il y a quelques semaines un colosse a révélé une telle force prodigieuse que l’omnipotente police russe a dû capituler devant lui. C’était à Wjathka. Un matin la porte du bureau de police s’ouvrait pour laisser entrer un groupe singulier : un colossal Arménien, du nom de Tambow, entouré de trois gerodewoï (agents). Ces derniers étaient, avec leur compagnon, d’une douceur incroyable pour qui connaît la manière de procéder habituelle à la police russe. Le chef de la sûreté demanda quelques renseignements et la scène suivante héroï-comique se déroula.

Les gerodewoï racontèrent que le géant faisant du tapage sur la voie publique, ils avaient voulu l’arrêter. Celui-ci posa sa main sur l’épaule d’un des policiers qui s’écroula sous la pression, en croyant sa dernière heure venue. Les autres agents voulurent venir au secours de leur collègue. Des passants furent réquisitionnés et tous ensemble se précipitèrent à l’assaut de l’Arménien. Ce dernier les laissa s’agripper à ses vêtements, l’empoigner aux jambes, aux bras, au cou. Puis, en souriant, il se secoua et moujiks et policiers (ils étaient quinze) allèrent rouler dans la poussière.

C’était là un échec que la police ne pouvait supporter. Un des agents sortit son revolver et le braqua sur le géant, sommant celui-ci de se rendre et de mettre fin à sa rébellion. Tambow empoigna l’arme et en souriant placidement fit un anneau du canon d’acier. Il rendit l’arme à son propriétaire en disant d’un air badin :

Tire maintenant si tu peux.

Finalement, il consentit à suivre les agents au bureau de police. Le commissaire ordonna qu’il fût enchaîné. Les chaînes de fer qui se trouvaient dans le poste furent apportées. Le géant se laissa faire bien tranquillement et ne fit pas le plus petit geste de révolte contre les agents tremblant de peur, sachant bien le risque qu’ils couraient si leur adversaire avait perdu son calme. Finalement, quand il fut bien lié, Tambow dit doucement au commissaire :

Ta chaîne m’a l’air d’être faite en fil.

Il n’avait pas fini de prononcer ces mots que d’un léger effort il avait rompu la chaîne de fer en cinq morceaux.samsonOn décida alors de fermer la puissante porte du poste et de le tenir ainsi prisonnier, mais il fit observer qu’il était capable d’enfoncer en quelques instants la porte la plus solide.

Tout le monde était curieux de voir s’il ne se vantait pas et le commissaire le mit au défi d’ouvrir cette porte. C’est alors que le géant appuya son épaule contre l’huis cadenassé et ferré, s’arc-bouta contre les travées de pierre qui en quelques secondes s’écroulèrent pendant que la porte était jetée bas dans un fracas formidable. « Voilà ! » dit simplement le bon géant au commissaire qui commença à le traiter avec respect.

Que faire d’un tel homme ? On ne pouvait le tuer puisqu’au fond, il n’avait commis aucun crime. Un tapage d’ivrogne, même aux yeux d’un policier russe, n’est pas un délit qui mérite la peine de mort. On ne pouvait pas non plus l’arrêter puiqu’il avait montré que sa force venait à bout des plus solides chaînes et cachots.

Le commissaire eut alors une idée originale. Sans hésiter, il demanda au colosse s’il était disposé à entrer aux services de la police qui, en Russie, a souvent besoin d’auxiliaires puissants. Le délinquant accepta de bonne grâce et aujourd’hui Tambow est gerodewoï à Wjatka où il est particulièrement respecté de la population et encore plus de ses supérieurs et pour cause.

Le géant arménien devenu policier russe mesure deux mètres trente-deux. Sa structure est parfaitement proportionnée à sa taille. La force extraordinaire de ce Samson moderne prouve qu’en plus sa santé est excellente.

René Boismont. « Mon bonheur. » Paris, 19 juin 1910.
Illustration : Victor Mature, « Samson et Dalila. » Cecil B. DeMille, 1949.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un Samson moderne »

    francefougere a dit:
    août 13, 2019 à 8:42

    Heureuse fin, avec l’utilisation des compétences 🙂 amitiés

    Aimé par 1 personne

    theatrealtair a dit:
    août 14, 2019 à 12:47

    Mais où trouvez-vous de telles histoires ? Elles sont toutes extravagantes et délicieuses !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.