Etres surnaturels 

Publié le Mis à jour le

fantomesQui n’a entendu conter, en son enfance, des récits naïfs, mystérieux et effrayants de revenants ? Nous pouvons maintenant prononcer ce mot, sans ressentir le frisson qui parcourait les aïeules, aux veillées d’autrefois, à la seule évocation de ces spectres. 

Nous en parlons à l’aise, parce que nous n’en avons jamais vu, ni ouï. Mais elles ? N’en voyaient-elles point parfois, n’en entendaient-elles pas aussi; et même leurs maris, des esprits forts pourtant ! Il faut reconnaître cependant que c’était une minorité quirevenait de l’au-delà, les pauvres âmes de ceux qui ne pouvaient trouver l’éternel repos et que ces êtres étranges n’apparaissaient aussi qu’à une minorité. Mes ancêtres maternels, les Fontroubade, qui se mesurèrent avec les loups eurent ce « privilège »; les Broussard n’en virent point. 

Voici quelques faits glanés aux sources et dont les témoins étaient sérieux et sincères. 

Le comte de Sansac n’errait-il chaque nuit sur le perron de son château ? Un de mes arrière-grands-pères maternels vit bien sa grande forme blanche alors que, vers onze heures, il revenait du Grand Madieu vendre des pommes. Et le vieux duc de Ribeyrolles ne fut-il aussi aperçu vers 1880, chevauchant son cheval blanc dans la prairie de La Rochette, aux bords de Tardoire ? Et les anciens de Jauldes savent bien que les ruines de Fayolle étaient hantées par une dame blanche, la fille du châtelain. 

Vers 1905, aux Camus d’Agris, mon autre arrière-grand-père paternel serait apparu assis sur un billot, à sa place accoutumée, le soir de sa mort à sa petite-fille Adélaïde, âgée d’une vingtaine d’années, partie avec sa cousine fermer la porte de la cour. Sa cousine « n’ayant pas le don » ne vit rien. 

Quelques jours après, alors que le défunt était en terre depuis une huitaine, au même lieu, sa femme, Bourine, entendit « toquer » trois coups dans la pendule. Elle pensa que son mari réclamait trois messes. Elle les lui fit dire et son esprit, en repos, ne revint plus errer dans sa maison. 

Des événements douloureux frappaient-ils l’imagination ? C’était prétexte à entrer en communication avec l’au-delà. 

C’est ainsi qu’en 1893, à Eraville, après la mort des deux petites Adrien, horriblement brûlées vives dans leur maison incendiée. François M. et son frère allant veiller chez les grands-parents des fillettes entendirent chanter dans le cimetière. Ils surent de suite (et le répandirent) que c’étaient des quantiques que les âmes des petites martyres, devenues anges, envoyaient vers le ciel. 

Un peu plus tard, le même François M. jeune homme, s’apprêtait à entrer, suivi de son chien, dans l’écurie de la ferme où il demeurait avec ses parents lorsqu’il distingue une forme humaine enveloppée dans une cape sombre traversant la cour pour se diriger vers la maison, une lanterne à la main. Lui-même avait sa lanterne et il entra dans l’écurie où le chien le suivit en aboyant bizarrement. Il fit son travail et revint chez lui dix minutes après. Il s’enquit à sa mère : « Qui est venu ? » Elle dit : « Personne » et pourtant il était sûr de n’avoir pas rêvé. C’était peu de temps après la mort de sa grand-mère de 97 ans et l’apparition avait sa démarche. 

A Villemalet, village de La Rochette, vers 1920 ou 25, le vieux Piarre la Veuve, âgé de 90 ans, las de la vie, se jeta dans sa citerne, et une quinzaine de jours après, son vieil ami Marchasson le vit plusieurs fois se promener la nuit dans son jardin, le dos voûté, en blouse, bâton d’une main, lanterne de l’autre. Prot, un autre camarade, alerté par Marchasson ne vit jamais rien lui. Il « n’avait pas le don ». 

Croyances d’un autre âge, revenants, fantômes, loups-garous, vous êtes sans doute disparus à jamais ! 

Mme A. CADET. « Aguiaine. » Société d’ethnologie et de folklore du Centre-Ouest, Saint-Jean-d’Angély, janvier 1978.
Peinture de Percy Franklin Woodcock.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.