Un ancêtre du phonographe

Publié le Mis à jour le

john_wilkinsOn trouve dans un ouvrage de l’évêque John Wilkins, l’un des fondateurs de la Société royale de Londres et physicien distingué, publié en 1648 sous le titre de Magie mathématique, les lignes suivantes :

« Walchius prétend qu’il est possible de conserver entièrement les sons vocaux, c’est-à-dire toute parole articulée par la voix, soit dans une caisse, soit dans un tube, et que ce tube ou cette caisse ouverts ensuite, les mots en sortiraient sûrement, dans l’ordre même où ils auraient été prononcés; — en quelque manière, comme on dit que, dans certaines contrées glaciales, les paroles proférées par les gens gèlent en sortant de leur bouche, et ne peuvent être entendues avant l’été prochain, sauf  l’éventualité d’un grand dégel. »

— Mais, conclut le savant prélat, cette conjecture peut se passer de réfutation.

« La Science illustrée. » Paris, Ier décembre 1887.

Une réflexion au sujet de « Un ancêtre du phonographe »

    jmcideas a dit:
    septembre 5, 2019 à 10:59

    « OK google »
    ‘ ferme ta gueule’
    mes paroles ne seraient-elles pas enregistrées et déformées?
    (la phonétique est tellement proche)

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.