L’herbe des sabres

Publié le Mis à jour le

frederic mistralOn peut dire que l’air de Provence est tout imprégné de superstition. On la rencontre à tous les pas et sous toutes les formes, même sous celle des plantes. Il en est une que l’on appelle « l’herbe des sabres » : celui qui ose la transplanter meurt dans l’année. Frédéric Mistral possède, dans son poétique et fougueux jardin de Maillane, une touffe de cette herbe des sabres et il en racontait dernièrement la tragique histoire.

Il y a peu d’années, un paysan de Maillane, homme dans la force de l’âge et d’une superbe santé, vint lui dire qu’il avait découvert, dans des ruines, un pied de l’herbe des sabres, — laquelle, parait-il, est assez rare, —et il offrit au poète d’aller le lui chercher.

 Mais, objecta celui-ci, n’as-tu pas peur de mourir dans l’année ? 

Le brave homme se mit à rire. Il n’avait pas peur du tout. Et il arriva, quelques heures après, avec la mystérieuse plante, que l’on plaça au bon endroit.

 Eh ! bien, racontait Mistral, trois mois après, cet homme mourait aussi qu’un sabot se fend, comme l’on dit en Provence. Mais, ajoutait le Maître en souriant, ce n’est peut-être qu’une coïncidence. Cependant, poursuivait-il, cette plante a beau gagner du terrain, devenir très encombrante dans mon jardin, sentir mauvais (ce qui est une de ses particularités), ce n’est pas moi qui la ferai jamais arracher.

« Le Signal de Madagascar et dépendances. » Tamatave, 6 juin 1909.

2 réflexions au sujet de « L’herbe des sabres »

    fanfan la rêveuse a dit:
    octobre 1, 2019 à 7:30

    Bonjour Gavroche,
    Cette histoire m’a interpellé, voici ce que j’ai trouvé :
    Le texte original écrit est de Felix Gras, Félibre et acteur de la Renaissance Provençale.
    La belle Yu, princesse des baux, alla combattre les sarrasins dans la plaine de Crau. Comme elle allait perdre la bataille , elle invoqua St Georges qui délaissa les croisés de Palestine partis récupérer la Sainte Croix, pour aider sa filleule. Les sarrasins furent tous décimés. Alors la mère du prince méchant ensevelit les corps de ses fils et invoqua le Malin. Au lieu précis du massacre, poussa une plante maudite…. Yu, intriguée de voir les plantes nouvelles pousser, alla voir de plus près. Elle se pencha et découvrit dans les herbes abandonnées, une plante à la tige de serpent, de grandes feuilles portant la marque des clous de la croix du christ et une extrémité qui ressemblait à un sabre. Le sabre se déploya et répandit une odeur pestilentielle qui foudroya Yu. La sorcière était vengée. Cette herbe, appelée Erbo di sabre (herbe des sabres) existe toujours et répand son odeur de cadavre en décomposition au début du mois de Mai. Souvenez vous de la Belle Princesse des Baux, la Belle Yu. Conservez l’Erbo di Sabre dans votre jardin et racontez son histoire !

    Belle journée Gavroche ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    Gavroche a répondu:
    octobre 4, 2019 à 6:38

    Merci Fanfan !

    Voilà qui enrichit superbement ce billet !

    Belle soirée 🙂

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.