Un enfant prodige

Publié le Mis à jour le

william_james_sidisIl y a eu des enfants prodiges. On cite le grand historien anglais, Macaulay, qui à l’âge de sept ans rédigea un résumé de l’histoire universelle; Blaise Pascal, le célèbre penseur français; Ampère, l’illustre physicien, qui posa les lois fondamentales de l’électricité. Mais leur précocité intellectuelle semble être dépassée par celle d’un jeune américain de onze ans, William James Sidis, étudiant à l’Université de Harvard.

Avant même qu’il eut atteint l’âge de deux ans, il pouvait lire. A trois ans, il se servait de la machine à écrire. A cinq ans il inventait un nouveau calendrier, et à six ans, il passait avec succès les examens d’entrée à l’école de médecine d’Harvard.

Depuis, il a appris six langues, inventé de toutes pièces un nouveau langage universel auquel il a donné le nom de Vendergood.

L’histoire, l’astronomie, les sciences physiques et chimiques, la littérature même n’ont pas de secrets pour lui. Chaque matin, le jeune Sidis lit avec attention les nouvelles politiques dans son journal et les discute avec les grandes personnes qui l’entourent.

Il a conquis son premier grade scolaire à Brooklyn. Il était alors neuf heures du matin; à midi il possédait déjà son troisième grade.w_james_sidisMais c’est surtout dans les sciences mathématiques que William Sidis excite l’étonnement et l’admiration des hommes les plus savants des Etats-Unis.

Récemment, il a fait une conférence sur une des parties les plus difficiles et les plus abstraites des sciences mathématiques : la géométrie à quatre dimensions. A l’école nous apprenons communément qu’il n’y a que trois dimensions : la longueur, la hauteur et l’épaisseur. Le jeune Sidis en emploie une quatrième. Nous n’essaierons pas de vous exposer sa théorie, parce que nous ne le pourrions pas nous-mêmes. Nous vous dirons seulement que, pour l’expliquer à son savant auditoire, il a fait usage de figures à lui. Ce sont des figures qui ont jusqu’à six cents côtés. Il les a baptisés lui-même avec des noms qu’il a inventés et que nous recommandons à votre mémoire ce sont les hecatonicosihedrigonas et les hexacosihedrigonas.

Après sa conférence, les professeurs lui ont posé les questions les plus difficiles, mais il leur a été impossible de le coller.

Nous dirons pour terminer que le jeune William Sidis est d’une extrême modestie. Il ne doit nous en être pour cela que plus sympathique.

E. Dupuy. « Figaro : journal non politique. » Paris, 14 avril 1910.

8 réflexions au sujet de « Un enfant prodige »

    josydhoest a dit:
    novembre 25, 2019 à 12:50

    Etonnant aussi le parcours de ce jeune génie belge est exceptionnel: à 6 ans, à l’heure où les autres enfants commencent l’apprentissage de la lecture, il entamait son quatrième tome d’Harry Potter et entrait en première secondaire. A 8 ans, il avait bouclé ce cycle d’études et se lançait dans les études supérieures. Et à peine un an plus tard, il s’apprête à décrocher son premier diplôme universitaire!

    Il envisage ensuite de faire un doctorat en génie électrique tout en poursuivant des études de médecine, a déclaré son père à CNN.

    Aimé par 1 personne

    Aldor a dit:
    novembre 25, 2019 à 8:27

    Et sait-on ce qu’il est devenu ?

    Aimé par 1 personne

    christinenovalarue a dit:
    novembre 25, 2019 à 9:08

    Voilà qui me fait frissonner…heureusement mes enfants ne furent pas des enfants prodiges…

    Aimé par 1 personne

      Gavroche a répondu:
      novembre 25, 2019 à 5:39

      « William James Sidis (1898-1944) était un enfant prodige américain, souvent considéré comme l’une des personnes les plus intelligentes qui aient jamais existé. Il est plus doué qu’Einstein, ou encore plus malin que les autres grands esprits qui ont marqué l’histoire. Il possédait un QI exceptionnel qu’on estime entre les 250 et 300. C’était un enfant prodige, ses parents juifs ont quitté la Russie pour s’établir en Amérique. Sa mère fait des études de médecine. Son père Boris est diplômé de Harvard et y enseigne la psychiatrie.
      William James Sidis est né à New York et a une enfance plutôt précoce :
      • marche à 8 mois
      • parle souvent à 1 an
      • lit le journal à 1 an et demi
      • étudie le latin à 2 ans
      • connait le grec ancien et lit Homère à 4 ans
      • lit la logique d’Aristote à 6 ans
      • connait le russe, le français, l’allemand, l’hébreu, le turc et l’arménien à 6 ans
      • dépasse son père en mathématiques à 8 ans (alors que celui-ci était lui-même doué en maths)
      • diplômé de Harvard à 16 ans
      Des compétences hors normes :
      À l’âge adulte, William pouvait apprendre une langue en un jour. À sa mort, il connaissait 200 langues différentes.
      Au niveau scientifique, il a écrit plusieurs livres qui parlent de physique. »

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.