Instinct maternel

Publié le Mis à jour le

vipereLa vipère inspire trop de répugnance pour qu’on songe jamais à la choisir pour emblème de l’amour maternel. Il n’est pas douteux, pourtant, qu’elle se sacrifie à l’occasion pour la défense de sa couvée. Dans une nouvelle édition de ses Merveilles de l’instinct, M. Garratt en cite l’exemple que voici :

Un promeneur apercevant, étendue sur un banc bordant la route, une grosse vipère se chauffant au soleil, s’en approcha dans l’intention de la frapper de sa canne. Celle-ci, en le voyant, leva un peu la tête, fit entendre un léger sifflement et demeura la bouche ouverte. Ce signal fut compris de ses quatre petits, qui s’engouffreront aussitôt dans cette ouverture béante. Mais l’infortuné reptile fut victime de sa sollicitude maternelle, car elle retarda sa fuite, et la canne du promeneur s’abattit sur elle avant qu’elle ait pu faire un mouvement de retraite.

Inquiet de savoir ce qu’étaient devenus les petits, notre homme ouvrit la vipère, et les quatre vipériaux s’en échappèrent vivants, frétillant et se tortillant, comme s’ils ne savaient où aller ni que faire.

Que les serpents, vipères et autres reptiles offrent à leurs petits un abri temporaire contre le danger dans leur propre corps, ce n’est pas la première fois que nous l’entendons dire, mais avec une expression de doute équivalant presque à une absolue négation. M. Garratt en doutait probablement lui-même, car il a accumulé les exemples les mieux prouvés, d’où il résulte que, dans la plupart des cas, la malheureuse mère est victime de son dévouement à sa progéniture, à cause du délai qu’exige toujours l’emmagasinement de celle-ci.

« La Science : journal hebdomadaire. » Paris, 1 décembre 1887.

3 réflexions au sujet de « Instinct maternel »

    karouge a dit:
    décembre 16, 2019 à 3:42

    le promeneur dont il est question se nommait-il Hervé Bazin (et la vipère Folcoche)?🤐

    Aimé par 6 personnes

    Trigwen a dit:
    décembre 17, 2019 à 1:01

    Une réaction de la vipère que je connais bien puisqu’ayant vécu toute mon enfance et mon adolescence en Bretagne à la campagne.
    Nous savions très bien que la vipère est un animal craintif qui n’attaque que lorsqu’elle se sent vraiment en danger. Face à celui-ci, si elle le peut, elle fuit aussitôt.
    Comme quoi ce promeneur est un ignare des choses de la nature

    Aimé par 3 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.