La dernière incarnation des contrebandiers

Publié le Mis à jour le

louis_abel-truchetOn sait que les vêtements confectionnés en Belgique sont frappés à leur entrée en France d’un droit d’importation proportionnel variant entre 20 et 50 % de leur valeur marchande.

Depuis quelque temps, une foule endimanchée passait la frontière du Nord chaque dimanche matin et s’ébattait joyeusement dans les kermesses françaises. Le soir, au retour, un peuple en haillons prenait les trains d’assaut et regagnait ses demeures, l’estomac et le gousset bien garnis.

Nos fins douaniers ont ouvert les yeux, après s’être bornés à les écarquiller. Ils ont arrêté la comédie et les comédiens.

Certain jour du mois dernier, deux-cents Belges flambant neuf des pieds à la tête, se sont vus obligés de descendre en gare de Tourcoing, et on leur a fait rebrousser chemin. Ils étaient furieux. « Pour une fois, sais-tu, Monsieur, c’est ennuyeux ! »

Bah ! Vous trouverez un autre tour dans votre sac.

« Le Journal du dimanche. » Paris, 21 juin 1903.

Peinture de Louis Abel-Truchet.

3 réflexions au sujet de « La dernière incarnation des contrebandiers »

    brindille33 a dit:
    mars 11, 2020 à 9:52

    J’aime beaucoup la peinture.

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    mars 14, 2020 à 7:02

    Passer un objet frauduleux revient à un jeu > la toute dernière astuce: Un drone télécommandé, issu de vos bagages qui s’envole à votre domicile ,au nez et la barbe des douaniers!
    Subtile, non?
    😀

    Aimé par 1 personne

    Trigwen a dit:
    mars 19, 2020 à 12:32

    Fort astucieux ! Pour faire face aux taxes qui frappent les différents produits, les contrebandiers ne manquent jamais d’imagination et se servent des failles du système douanier et policier. Et ça n’a pas changé !
    Il est connu que truands et contrebandiers ont toujours un ou deux coups d’avance sur les forces de l’ordre ou les gabelous.
    Il suffit de voir avec quelle facilité certains passent de l’Espagne à la France avec des cartouches de cigarettes t les revendent 15% moins cher que l’Etat tout en faisant des bénéfices tout de même.
    Le premier coupable ? L’Etat qui, à force de taxer toujours lourdement pousse les consommateurs à acheter aux contrebandiers. Quand on voit ces taxes sur les cigarettes et sur le carburant, finalement, on peut s’interroger sur le vrai voleur …

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.