Rendons à César …

Publié le Mis à jour le

Démocrite
Démocrite

On a généralement fait honneur à Galilée d’avoir reconnu et publié en 1620 (dans son opuscule intitulé Sidereus nuncius) que la voie lactée n’était autre chose qu’un amas d’étoiles: ce qu’il avait découvert à l’aide de lunettes d’approche nouvellement inventées.

Mais en réalité ce fut l’ancien philosophe Démocrite qui trouva par le raisonnement ce que l’astronome moderne vit avec son instrument.

Plutarque dit, en effet, dans son livre de l’Opinion des philosophes que, selon Démocrite, « le cercle lacté est une lueur causée par la condensation de la lumière d’une infinité de petites étoiles très rapprochées les unes des autres ». Bien que la vérité ait été ainsi proclamée dans l’antiquité, deux mille ans ne s’écoulèrent pas moins durant lesquels toutes sortes de fables furent imaginées pour expliquer cette apparente anomalie du monde stellaire.

 » Curiosités historiques et littéraires  » Eugène muller, Paris, 1897.

Publicités

Superstitions de cambrioleurs

Publié le Mis à jour le

Le Ciel de Leyenda

Les voleurs sont des gens qui n’ont pas de scrupules mais qui ont des superstitions. Que les âmes craintives se renseignent !

Un cambrioleur n’aime pas « opérer » dans une maison où sert une femme de chambre dont les yeux louchent. Un cambrioleur ne consentira pas à « travailler » si la veille de son expédition projetée; il voit trois, chevaux glisser sur le pavé et s’abattre.

Un jour, un voleur amené au violon avoua que les membres.de sa profession hésitaient toujours à cambrioler, les maisons portant les numéros 22, 93, 111 et 444 (?).

Pourquoi ? « Cela se sent, répondit-il, et ne s’explique pas. » Donc si vous voulez éviter les visites des gens de la pègre, ayez une domestique qui louche et habitez une maison portant un des quatre numéros privilégiés. Vous, aurez la consolation, si malgré cela vous êtes cambriolés, de pouvoir dire qu’il aurait pu vous en arriver bien davantage …

 » L’Écho du merveilleux  »  Paris, 1905.

En route chez son patron (conte fantastique)

Publié le Mis à jour le

abbé

L’abbé Ritif était dans son jardin, fumant son cigare et songeant à l’influence des feuilles de marronniers sur les pierres de taille enceintes, lorsque tout à coup il entendit un sifflement, un murmure, deux cris et neuf ronflements.

Il cherchait autour de lui d’où pouvait venir ce bruit diabolique  quand (ô miracle!) il sentit que la terre descendait sous lui … et avec une telle rapidité que bientôt il ne l’aperçut plus; car il faut dire que lui ne suivait pas la terre et restait dans l’espace.

Morbleu ! s’écria-t-il en latin.

Il releva la tête et vit qu’il avait fait erreur. Ce n’était pas la terre qui descendait, mais lui qui montait au ciel, accroché par sa soutane à un ballon qui se dirigeait chez le Père Eternel, autrement dit le père Je sais tout.

Diable, murmura-t-il en grec. Combien de temps resta-t-il de la sorte?… Mystère et pâte de jujube!…

Mais au bout d’un temps assez long, le ballon le déposa sur un nuage.

Ça se corse, se dit-il en argot.

Il marcha durant quelques minutes et se trouva devant une porte sur laquelle était écrit PARADIS… étonné que ce lieu, dont il avait tant exploité l’existence, existât vraiment, il frappa. Saint Pierre vint lui ouvrir et, dès qu’il aperçut cet homme à robe noire, il le prit délicatement par la peau du… cou et le balança dans, l’espace en lui disant:

Y a erreur, mon gars, ici on ne reçoit que les travailleurs et les honnêtes gens ! …

L’abbé Ritif se retrouva dans son lit, car ceci n’avait été qu’un rêve… mais ce rêve eut du bon, car il a foutu la frousse à l’abbé qui depuis a jeté sa robe aux orties et est devenu un fervent disciple de la libre-pensée.

« Almanach de la Calotte. »  Paris, 1909.

Au nom d’Athènes

Publié le Mis à jour le

athènes

Térentius Varron, qui mérita d’être appelé le plus docte des Romains, a trouvé dans l’histoire, ou plutôt dans la légende, la raison pour laquelle les femmes d’Athènes furent privées du droit de vote, que, paraît-il, elles avaient lors de la fondation de cette cité fameuse.

Cécrops, le fondateur de la ville, consulta l’oracle d’Apollon pour savoir à quelle divinité elle serait consacrée et dont elle devrait porter le nom.L’oracle répondit que, puisque dans ses murs un olivier avait subitement poussé, et que, non loin de là, une source avait jailli de terre, on devait faire un choix entre Neptune et Minerve. L’assemblée ayant été réunie, les hommes votèrent pour Neptune, les femmes pour Minerve; et comme les femmes avaient obtenu une voix de plus, le nom d’Athènes prévalut et fut donné à la ville.

Alors Neptune irrité souleva aussitôt les flots, qui non seulement envahirent la ville, mais encore inondèrent tout le territoire. Par expiation, les femmes furent punies d’une double peine il leur fut dès lors interdit de voter et de donner même leur nom à leurs nouveau-nés.

« Curiosités historiques et littéraires. »   Eugène Muller, Delagrave, 1897.

Un pompier réanime et sauve la vie d’un Berger Allemand en arrêt cardiaque

Publié le Mis à jour le

Vidéo-un-pompier-réanime-et-sauve-la-vie-dun-berger-allemand-en-arrêt-cardiaque

Dévoués à sauver n’importe quelle vie, ne faisant aucune distinction entre une vie animale et humaine, les pompiers mettent chaque jour leur bravoure et leur dévouement au service de la population.
Appelés pour un incendie de maison, les pompiers de la ville de San Antonio au Chili ont pu évacuer in extremis deux Bergers Allemands pris au piège d’une maison en flammes. Mais les deux chiens, Apollo et Princesa sont hélas tous deux en arrêt cardiaque.
Comme le rapporte le site Soy Chile, les pompiers leur administrent immédiatement un massage cardiaque pour tenter de les sauver mais l’un des chiens est dans un état très préoccupant et surtout, très proche de la mort. Le pompier Cristián Espinoza ne perd pas un instant et entame un bouche-à-bouche salutaire qui va sauver le chien en danger de mort (bouche à truffe en secourisme canin).
La réanimation a été en partie filmée à l’aide d’un téléphone portable, vidéo dans laquelle on peut voir le travail héroïque des pompiers qui permettra au chien de respirer à nouveau. Sains et saufs, les deux Bergers Allemands ont été pris en charge par des voisins en attendant que les propriétaires de la maison se remettent du terrible incendie.

 

Reda Atallah
http://www.guide-du-chien.com/video-pompier-reanime-sauve-vie-dun-berger-allemand-en-arret-cardiaque/

Les Antipodes

Publié le Mis à jour le

 Antipodes

L’existence des antipodes était regardée naturellement comme un conte, dans le temps où l’on croyait que la terre était plate.

Mais il n’est pas vrai, comme on la perfidement écrit, que le prêtre Virgile fut, excommunié par le pape Zacharie pour avoir soutenu qu’il y avait des antipodes. Ce Virgile au-contraire, à cause de sa science, fut comblé d’honneurs par le Saint-Siège et nommé à l’évêché de Salzbourg.

D’ailleurs le pape Zacharie savait probablement qu’il y a des antipodes, puisque avant lui Origène, le pape saint Clément et d’autres en avaient parlé. Saint-Basile, saint Grégoire de Nysse, saint Athanase et, la plupart des Pères n’ignoraient pas la forme sphérique de la terre. On en a le témoignage dans le livre de la Création du monde, écrit par Jean Philoponos au septième siècle.

La plupart des hommes à qui l’éducation n’a pas étendu les bornes de l’esprit croient encore que la terre n’est qu’un grand plateau, et il serait difficile de leur persuader qu’on trouve au-dessous de nous des humains qui ont la tête en bas, et les pieds justement opposés aux nôtres.*

Les anciens mythologues citent, dans un autre sens, sous le nom d’Antipodes, des peuples fabuleux de la Libye, à qui on attribuait huit doigts aux pieds, et les pieds tournés en arrière. On ajoute qu’avec cela ils couraient comme le vent.

*M. Salgues, Des erreurs et des préjugés.
« Dictionnaire infernal. »  J. Collin de Plancy, Plon, 1863.

Couteau pointu … turlututu

Publié le Mis à jour le

repas

Autrefois les couteaux de table étaient généralement pointus; ils furent, paraît-il, arrondis en vertu d’un édit.

On rapporte que le chancelier Séguier avait l’habitude de se curer les dents avec son couteau; le cardinal de Richelieu, dînant un jour à la même table que le chancelier, fut indigné de cette grossièreté; il commanda à son maître d’hôtel de faire arrondir ses couteaux.

L’exemple du cardinal fut suivi les grands seigneurs d’abord, puis les bourgeois l’imitèrent, si bien qu’en 1669 un édit fut rendu qui défendait à toutes personnes de posséder chez soi des couteaux pointus.