addition

L’addition

Publié le Mis à jour le

fred-zeller

Ce n’est pas pour rien que l’on meurt au restaurant au cours d’un banquet.

Si nous en croyons le Cri de Paris, la famille de l’un des directeurs du Bon Marché (et cela est d’une belle ironie !)  mort récemment inter pocula, a reçu du restaurateur une note qui s’élève à la bagatelle de onze cent soixante-quinze francs.

Sur cette « douloureuse » figurent 25 fr. d’éther, 50 fr. d’auto (pour avoir été chercher le docteur), 100 fr. d’honoraires pour ce morticole et… 1.000 Fr. d’indemnité pour le préjudice causé à la maison par l’interruption de la soirée !

« La Grimace. » Paris, 1921.
Peinture de Fred Zeller.

Publicités

Orthographe commerciale

Publié le Mis à jour le

Tout n’est pas rose dans le métier de mystificateur. Protot, le jovial commis voyageur qui passe son temps à fumister ses contemporains, en a fait l’autre jour la triste expérience. Après un excellent déjeuner dans le meilleur restaurant de Pontoise, il demande l’addition. A peine le garçon la lui a-t-il remise que Protot se récrie :

  Il y a une erreur … une grave erreur, clame-t-il.

Le patron lui-même vient s’enquérir :

  Une erreur, monsieur… Vous m’étonnez.
— Oui, monsieur, une erreur considérable même… Vous avez oublié quelque chose … 
— Cette caissière est d’une négligence … Voulez-vous avoir l’amabilité de me signaler cet oubli ?…

Et Protot, jubilant de sa bonne farce, souligne du doigt, sur le carton: « Veau aux carotes. »

Tenez, ici, monsieur, on a oublié un « t » !

Mais le patron n’a pas bronché. Il reprend l’addition des mains de Protot :

  Donnez, monsieur; je vais rectifier.

Et, deux minutes après, il rapporte au mauvais plaisant la note au bas de laquelle Protot, stupéfait, constate cette inattendue adjonction :

« Un thé, 75 centimes. »

Léon Valbert.  » Ma Revue « , Paris, 1907.