Alexandre Dumas fils

En toute simplicité

Publié le

Antoine Claire Thibaudeau

 

Un ami d’Antoine Claire Thibaudeau racontait sa mort devant Alexandre Dumas fils.

 Il s’est assis, disait-il, il a tourné la tête; il a ôté ses lunettes, et il est mort.
— Il a ôté ses lunettes, reprit Dumas; au moins il ne s’est pas vu mourir.

Publicités

Courbet et la critique

Publié le Mis à jour le

gustave.courbet

En janvier dernier, la ville de Montpellier a célébré le centenaire du Musée Fabre (ouvert en décembre 1828) qui possède plusieurs toiles remarquables de Gustave Courbet : Le Portrait de Baudelaire, La Rencontre, Les Baigneuses, La Fileuse, L’Homme à la pipe… 

Sait-on que le grand peintre, chef de l’école naturaliste, fut, de son vivant, violemment critiqué ? Par exemple, Louis Veuillot disait, en 1866 :

M. Courbet fut des premiers qui s’installèrent au Salon, en blouse, la pipe aux dents et il fonda du coup sa célébrité qu’il soutient depuis, tantôt par d’autres audaces inciviles, tantôt par des élégances bourgeoises.

Alexandre Dumas fils se montrait encore plus insolent en écrivant :

De quel accouplement fabuleux d’une limace et d’un paon (!), de quelles antithèses génésiaques, de quel suintement sébacé peut avoir été générée cette chose qui s’appelle Gustave Courbet ?

Aujourd’hui, ces « gentillesses » tombent dans l’oubli, alors que les œuvres lumineuses du maître d’Ornans sont toujours admirées.

…Tout passe. L’art robuste
Seul a l’éternité.
Le buste
Survit à la cité…

« La Revue limousine. »Limoges, 1929.

La chanceuse

Publié le Mis à jour le

alexandre-dumas-fils

Alexandre Dumas fils est plein de superstitions, comme tous les gens d’esprit. Il croit aux dates, aux anniversaires, au bon et au mauvais œil, à tous les fétiches de l’existence. Un jour j’entre chez lui et je ne trouve que sa domestique qui donnait les signes de la plus vive douleur.

Qu’avez-vous donc, Louise ?
— Ah ! Monsieur, nous sommes dans de beaux draps, nous avons perdu la chanceuse.
— Comment ! la chanceuse est perdue ?
— Perdue.
— Elle n’est peut-être qu’égarée.
— Dieu vous entende.

Deux jours après je vis le brillant auteur de la Dame aux Camélias, du Demi-Monde, de Diane de Lys et de la Question d’Argent, il était rayonnant.

Vous savez, me dit-il, que la chanceuse est retrouvée.
Je vous en fais bien mon compliment
Vous ne savez peut-être pas ce que c’est que la chanceuse ? C’est une pièce de vingt francs à l’effigie du roi Charles-Albert, Carolus-Albertus. Cette pièce est trouée par le milieu.

Dumas fils a remarqué que depuis trois ans qu’il a cette pièce de vingt francs en sa possession, tout lui a réussi. On ne saura jamais toutes les émotions que lui a fait éprouver cette monnaie sarde. Il ne croit à sa vertu qu’autant qu’il ne la serre pas dans un tiroir comme une pièce de monnaie ordinaire, mais qu’il la laisse traîner indifféremment sur tous les meubles de son salon, de sa chambre à coucher ou de son cabinet de travail. De sorte que cette pièce de vingt francs, livrée à elle-même, s’égare quelquefois.

Alors ce sont des recherches à n’en plus finir.

On dérange tous les meubles, on fouille sous le lit, on regarde sous les fauteuils, Louise met tout sans dessus dessous, jusqu’à ce qu’elle ait retrouvé la chanceuse

Me donne-t-elle du mal, cette gueuse de pièce ? disait-elle un jour. Mais, dame, si Monsieur la perdait, il n’aurait peut-être plus de bonheur ?

« Le Chroniqueur de la semaine : critique, salons, théâtres, coulisses… »  Paris, 1856.