amphithéâtre

Les hantises de la place Saint-Etienne

Publié le

the-knickA Rennes, les environs de l’ancienne église Saint-Etienne ont été presque jusqu’à nos jours redoutés par les habitants des environs : on disait qu’ils étaient hantés par des personnages mystérieux qui pouvaient bien appartenir à l’autre monde.

En 1825, l’église qui servait de magasin de campement, était entourée d’un vieux cimetière dont les murs tombaient en ruines. Un soldat montait la garde à l’une des brèches. Peut-être dès cette époque, ce lieu passait-il pour être le théâtre d’apparitions. Toujours est-il qu’un étudiant se déguisa en fantôme pour faire peur à la sentinelle. Celle-ci le frappa d’un coup de baïonnette dont il mourut. On ignora son décès, et l’on,crut que le soldat avait vu un revenant. 

L’amphithéâtre de l’Ecole de Médecine qui se trouvait dans un coin du cimetière Saint-Etienne contribuait encore a donner un mauvais renom à ce coin de Rennes. 

Enfin, un peu plus tard encore, on trouva un matin d’hiver dans les rues de Rennes, une fille du nom de Tiberge, bâillonnée et presque mourante. Le bruit se répandit aussitôt en ville que les  carabins, comme on appelait alors les élèves en médecine, s’étaient livrés sur elle à des expériences de toutes sortes. 

Les étudiants portaient alors de longs cabans avec un capuchon, et l’on disait que le soir, ils allaient par bandes dans les rues et emportaient à l’amphithéâtre, sous leurs manteaux, les jeunes filles qu’ils rencontraient. Pendant des mois, les ouvrières n’osèrent sortir seules des ateliers, où les parents allaient les chercher le soir. 

Tous ces faits réunis furent longtemps un sujet d’épouvante surtout dans le quartier Saint-Etienne où se trouvaient l’amphithéâtre et les carabins. 

A. Orain. « Revue des traditions populaires. » Paris, 1898.
Illustration : « The Knick »  Steven Soderbergh, 2014.

Publicités

Conte romain

Publié le Mis à jour le

lion-chretiensEn ce temps-là, les déserts de Libye étaient moins fréquentés qu’ils ne le sont à l’heure actuelle. La principale industrie du pays, la culture du lion à l’état libre, donnait d’excellents résultats. Le lion pullulait et il n’y avait pour ainsi dire qu’à se baisser pour en prendre. Et c’était là que les Romains se fournissaient de rois des animaux pour les rudes jeux du cirque.

Donc, un jeune lion de belle allure vivait heureux en ces déserts. La chasse était pour lui un plaisir et un gagne-viande. Aux époques d’amour, il fondait provisoirement une famille, et quand il avait à peu près élevé ses lionceaux, il les plantait là, ainsi qu’il sied, et courait à d’autres aventures.

Un soir qu’il se promenait avec cette nonchalance affectée et ce je ne sais quoi de prétentieux que l’on remarque chez tous les grands fauves, il chut brusquement dans une fosse, qui se trouva, du fait même de cette chute, être une fosse aux lions. des gens armés surgirent, dressèrent une cage où le lion, furieux mais complaisant, se précipita… il était prisonnier.

Durant des semaines et des mois, il fut traîné en cage par les villes, où on le montrait comme une curiosité. Et à mesure que le voyage se poursuivait, les gardiens redoublaient de mauvais traitements envers l’animal : on le laissa jeûner des jours entiers, on le piquait avec des barres de fer rouge, on le ferraillait sans relâche, on lui avait rogné les griffes par surcroît de cruauté.

Enfin, on arriva en Italie, et les belluaires de l’empereur prirent la livraison du lion. On l’enferma dans une cave obscure, où il resta sans boire ni manger, au secret. Et la pauvre bête pensait : « Quelle cruauté nouvelle me préparent-ils ? » Abruti de souffrance, de fatigue, de soif et de faim, il considéra l’univers en sage qui a touché le fond de l’amertume.

Un jour, quand on jugea qu’il était à point, on vint lui ouvrir sa cage, et, à coups de trident, on le pria de sortir par un couloir grillé. Il gagna ainsi une porte ouverte sur la clarté d’un amphithéâtre flambant au grand soleil de juillet. Sur le seuil le lion s’arrêta, et ce qu’il vit l’aurait fait reculer d’horreur, si l’on n’avait pris la précaution de fermer la grille derrière lui.

Au milieu de l’amphithéâtre, une bandes d’êtres hâves, déguenillés, terribles, accroupis dans des attitudes menaçantes, ou levant le poing dans un geste de défi. Le lion, épouvanté, s’écria : « Chien de sort !… Ils m’ont livré aux chrétiens ! »

Et, résigné désormais, il se coucha et attendit la mort.

Pierre Veber. « Almanach illustré du Petit Parisien. »  Paris, 1924.

Prélude

Publié le Mis à jour le

 

baudelaire

Certaines personnes appellent Baudelaire. : « Le poète vierge ». Voici une anecdote qui démentira ce jugement pour le moins bizarre.

Le poète des Fleurs du mal fut un jour invité à faire une conférence à Bruxelles. Les mères hésitèrent longtemps à y conduire leur fille mais la curiosité l’emporta et la salle était comble lorsque Charles Baudelaire apparut. Il débuta ainsi :

Mesdames, messieurs, c’est la première fois que je prends la parole en public. Je croyais être très ému mais je m’aperçois que celle virginité n’est pas plus difficile à perdre qu’une autre.

Instantanément, le vide se fit dans l’amphithéâtre.

« Les Maîtres de la plume. »  Paris, 1923.
Illustration : portrait de Charles Baudelaire par Gustave Courbet.

Image du Blog fr.pickture.com/blogs/mycenes