au-delà

Une nouvelle affaire Landru

Publié le Mis à jour le

spiritisme

Landru, ses fiancées disparues, sa cuisinière-four-crématoire, Landru, don Juan populaire et ses exploits passionneront sans doute encore longtemps les foules. 

Le seigneur de Gambais a-t-il emporté un secret, après avoir passé, sur une place versaillaise entre les mains expertes de M. Anatole Deibler ? D’aucuns le prétendent et les spirites, qui depuis quelque temps se réunissent, chaque semaine, chez Mlle Jeanne D… espéraient enfin un soir dernier avoir le mot de l’énigme. 

Ces spirites avaient déjà évoqué l’esprit de Napoléon 1er qui, paraît-il, leur avait donné quelques détails inédits sur ses campagnes. Mme de Pompadour leur avait parlé de la guerre des sept ans et de Louis XV. La du Barry les avait entretenus de la Terreur… M. Félix Faure, lui-même, avait répondu à leur appel, de même que le maréchal Mac-Mahon, mais Landru… 

Les mains de douze personnes bien à plat comme il convient sur le guéridon, les doigts se touchant, les coeurs battant, une voix anxieuse (celle de la maîtresse de maison) avait balbutié :  

 Esprit de Landru… es-tu là ?  

Le guéridon, sous les douze paires de mains fébriles, avait fait un grand saut qui en langage de l’au-delà, signifie : oui. 

 Tu es bien l’esprit de Désiré Landru, qui mourut sur l’échafaud à Versailles ?  

Nouveau bond :

 Il n’y a pas de doute, déclara péremptoire Mlle Jeanne D…, c’est bien lui… nous allons lui demander s’il veut nous parler de ses femmes, de ses aventures, de ses amours…. 

Et sur ce dernier mot magique, la voix de la demoiselle spirite se pâma… 

Or, Landru, bon garçon (ou plutôt bonne âme) déclara, toujours par l’entremise du guéridon, qu’il était prêt à parler. Enfin, on allait savoir comment était morte Mme Cuchet, comment il avait envoyé dans un monde qu’on dit meilleur Mme Collomb, comment il avait occis Mme. Mercadier, comment… 

 Mais, dit alors un sceptique, qu’est-ce qui nous prouve que c’est bien l’esprit de Landru ?
— Il n’y a pas de doute.
— Mais si…
— Mais non…
— Imbécile… incroyant…, abruti…, etc., etc. 

Des mots plus aigres que doux étant échangés, on en vint aux mains qui, pour la circonstance, avaient abandonné le marbre froid du guéridon. Et ce fut une mêlée générale : coups de pied, coups de poing, vitres prisées, tableaux arrachés, chaises qui tournaient… sur la tête des combattants. 

Brusquement, la porte s’ouvrit figeant les belligérants sur place. Qu’allait-il se passer ? l’esprit vengeur de Landru réincarné apparaissait-il ? 

Non… le visage légendaire à la barbe noire qu’on vit pour la dernière fois dans le panier de M. de Paris, ne se fit pas voir… un agent, à la bonne figure épanouie, se montrait sur le seuil, suivi d’un collègue et de la concierge de l’immeuble que le bruit fait chez Mlle D… avait inquiétée. Tout le monde s’en fut au poste. Prochainement, cette seconde affaire Landru aura son épilogue devant le juge de paix du 9e arrondissement, spirites et sceptiques se réclamant mutuellement des dommages-intérêts pour coups et blessures.

« Cyrano. » Paris, 1931.

L’écouteuse de trépassés

Publié le Mis à jour le

cortège-bretonnes

Dans cette région qui s’étend de La Roche-Bernard à Vannes, les paysans de la lande et les pêcheurs de la grève gardent aux défunts un souvenir d’autant plus inaltérable que nul d’entre eux ne croit à la mort définitive. 

Il est admis que les trépassés reviennent, qu’ils se promènent dans les maisons et surveillent tous les actes de leurs descendants. Ce culte influe sur les décisions des vivants qui n’osent rien entreprendre sans avoir sollicité l’approbation des ancêtres. Aussi, existe-t-il, dans les hameaux qui entourent Ploërmel, de pieuses pauvresses dont l’exode, de chaumière en ferme, n’est qu’une perpétuelle patenôtre et qui ont conquis un pouvoir redoutable : celui d’écouter et de comprendre les trépassés dans tous les actes importants de la vie.  

Elles sont consultées par les paysans et les pêcheurs et elles servent d’intermédiaires entre les vivants et les morts dont elles font connaître les décisions.

L’une d’entre elles, Corentine Le Clech, écouteuse de trépassés depuis plus de trente ans, qui venait de  doubler le cap de la quatre-vingt-septième année, a été trouvée rigide dans le cimetière d’un village voisin de Ploërmel : elle était morte dans son champ d’expériences,  emportant dans l’au-delà le respect que les habitants de cette région attachent à la fonction de confidente des morts. 

« L’Écho du merveilleux. » Paris, 1913.
Peinture : Georges Belnet.

L’occultisme ou le ouija américain

Publié le

oui-ja

Les Américains sont déconcertants. Un savant du Michigan affirme que le psychisme fait fureur, en ce moment, aux Etats Unis. Les tables tournantes sont vieux jeu.

On vient d’inventer, patenter et lancer le Ouija Board. C’est une planchette triangulaire montée sur un trépied mobile, lequel se promène sur un tableau carré où des lettres sont marquées. On place les doigts sur la planchette, l’Esprit ! la conduit. Il l’arrête sur telles lettres dont l’ensemble forme des mots, puis des phrases. Voilà la communication avec l’au-delà ! Le Ouija est partout et sans cesse consulté pour les moindres événements.

Un procès retentissant met, en ce moment, le Ouija à l’ordre du jour. Un riche veuf américain, Rigal, a promis mariage à Mrs. Cecilia Green, il y a un an. Aujourd’hui, il refuse de conduire à l’autel sa fiancée, sous prétexte que son Ouija l’a gentiment déconseillé de tenter un second mariage. Cecilia exige 50 000 dollars de dédit.

Les juges sont perplexes S’ils donnent raison au Ouija, si de par ce verdict, la rupture du Ouija devient légale, les procès vont affluer et de beaux jours se préparent pour les avocats des Etats-Unis. S’il lui donnent tort les dames sentimentales se récrieront à la pensée qu’on condamne un bel exemple de piété conjugale : un marié qui veut rester fidèle au souvenir de sa défunte épouse.

« Le Semeur algérien. »  Alger, 1920.

Convictions

Publié le Mis à jour le

conan-doyle

Depuis quelques années, sir Conan Doyle avait abandonné la littérature d’imagination qui fit sa fortune, pour se consacrer exclusivement à la métaphysique et au spiritisme.

Il affirmait avoir évoqué et matérialisé plusieurs fois le fantôme  de Jeanne d’Arc. On a publié de lui une étrange photographie médiumnique prise au Crewe Spiritual Circle et qui parut dans le Daily Mirror. On l’avait photographié seul, et la plaque, une fois développée, montra à côté de lui l’image de son fils, mort au champ d’honneur pendant la guerre. 

Les morts vivent, je le sais ! déclarait-il en 1925, avec une calme assurance… J’ai vu aussi clairement que dans la vie les fantômes de mon fils et de ma mère. Aussi ai- je décidé, d’accord avec ma femme, d’employer désormais toute mon activité intellectuelle à combattre le matérialisme et à jeter une radieuse clarté sur le mystère de la vie et de la mort.

« Ric et Rac. »  1930.

Pourquoi je cherche à communiquer avec ceux de l’au-delà

Publié le Mis à jour le

Thomas Edison
Thomas Edison

Si nous ne connaissons pas la millionième partie des choses de ce monde, si nous ignorons ce qu’est au juste l’eau, la lumière, la gravitation, l’électricité, la chaleur… si nous ne savons rien au sujet du magnétisme, comment pourrions-nous savoir au juste ce qui se passe dans l’au- delà ? On a beaucoup écrit sur le spiritisme; on en a encore plus parlé, mais les méthodes et les appareils employés ne sont, dans ce domaine, nullement scientifiques. Recevoir des communications d’un autre monde (j’admets la bonne foi des médiums) ou avoir le moyen de connaître la méthode précise par laquelle nous pourrons obtenir ces communications sont deux choses fort différentes. Et c’est à cette dernière que je voudrais arriver.

J’ai cherché, pour cela, à construire un appareil scientifique permettant aux morts, si la chose est possible, d’entrer en relations avec nous. Si ce que nous appelons personnalité subsiste après la mort, si les êtres qui ont dépouillé la forme humaine ne peuvent agir et se mouvoir, ils communiqueront, du moins avec ceux qu’ils ont laissés ici-bas, grâce à mon appareil qui leur donnera cette possibilité d’agir. Or, je suis convaincu que notre personnalité subsiste dans l’au-delà car, si elle disparaissait, pourquoi la nécessité d’un au- delà ? Si donc, elle survit, il est logique d’affirmer qu’elle a gardé la mémoire, l’intellectualité ainsi que les autres facultés que nous avons acquises sur cette terre.

A mon avis, nos corps sont composés de myriades et de myriades de petits êtres infinitésimaux. Unités de vie ou atomes, forces indivisibles disséminées dans l’espace et jouissant du don de mobilité, chacune d’elles ayant sa vie propre, ces myriades agissent par essaims. D’autre part, nous voyons, nous touchons des corps qui sont divisibles à l’infini et possèdent aussi la mobilité et le mouvement, donc, tout corps est un assemblage d’atomes groupés d’une certaine manière. Dans tout corps, il y a un atome central exerçant sur les autres atomes une certaine action en vertu de laquelle ils se groupent d’une certaine manière. Ces groupes atomiques sont des forces et non des points géométriques inertes.

Le temps et l’espace sont les composants du mouvement; il n’y a pas de mouvement si ce n’est dans l’espace; or, l’espace étant un rapport entre les atomes, c’est évidemment les atomes eux-mêmes qui se meuvent. Quand nous mourons, ces essaims d’unités, comme un essaim d’abeilles, quittent notre forme humaine et se rendent ailleurs où ils fonctionnent sous d’autres formes.

Et ce sont précisément ces essaims qui communiqueront avec nous. Ces unités de vie sont si petites qu’il est impossible de les percevoir, même à l’aide du plus puissant microscope, mais elles pourraient traverser une muraille de pierre. Si petites qu’elles soient, elles contiennent un nombre suffisant de particules pour former des individualités.

Parmi ces unités, il y en a de plus puissantes les unes que les autres… il y a le troupeau et les conducteurs de troupeaux, absolument comme comme chez les êtres humains. Cette théorie (qui est la mienne d’ailleurs) est confirmée par le fait que certains hommes et certaines femmes ont des facultés, des puissances que d’autres n’ont pas. C’est vrai, non seulement au point de vue intellectuel, mais aussi au point de vue moral. Un individu peut être composé, en effet, d’un large pourcentage des plus hautes unités de vie et la lutte entre les basses unités de vie et les myriades de haute valeur expliquerait les changements qui ont lieu dans le caractère et la personnalité de nombre de personnes au cours de leur existence.

Des médecins affirment que nos corps subissent une transformation tous les sept ans et qu’aucune des particules qui sont entrées dans la composition de nos corps n’est la même, ces sept années écoulées. Ceci revient à dire que certaines unités de vie sont congédiées pour être remplacées par d’autres. Les unités de vie demandent une certaine atmosphère pour fonctionner d’une certaine manière et lorsque cette atmosphère change, elles cherchent d’autres lieux, d’autres demeures vers lesquels elles émigrent.

La mémoire est placée dans une certaine partie du cerveau (le lobe de Droca). Après la mort, si les unités de vie qui composent la mémoire subsistent, il n’est pas impossible de dire que ces essaims de mémoire peuvent garder les pouvoirs qu’ils possédaient et retenir après la dissolution du corps ce que nous convenons de dénommer la personnalité.

Si ma théorie est juste, la mémoire de l’individu devrait agir après la mort comme pendant la vie. J’espère donc, qu’en arrivant à posséder l’instrument idéal que cette personnalité pourrait employer, nous, habitants de ce monde, pourrions recevoir d’elle des messages provenant des demeures ou des milieux nouveaux dans lesquels elle se trouve. Si l’appareil que je construis pouvait être un canal, entrant à flots dans le monde inconnu, nous aurions fait un grand pas vers l’Intelligence suprême.

Mais je ne veux pas en dire plus ! tout ce que je promets, c’est de permettre aux personnalités qui ont passé dans l’Au-Delà de communiquer avec nous si elles le veulent ou le désirent et surtout si elles existent.

Thomas Edison (traduit par Mme W. Sérieyx).

 P. Lafitte, Paris, 1921.

Impressions du grand penseur Léon Tolstoï sur le rêve se rapportant à l’Au-delà

Publié le Mis à jour le

Léon_TolstoïNous vivons en rêves presque avec la même intensité qu’en réalité. Pascal dit : « Je crois que si nous pouvions nous voir en rêve constamment dans la même position, tandis qu’elle diversifierait dans la vie réelle, nous considérerions le rêve comme la réalité, et la réalité comme un rêve ».

Ce n’est pas tout à fait exact.

La réalité se distingue du rêve parce qu’elle est plus vraie. Je dirai donc autrement : si nous n’avions pas connu une vie plus réelle que le rêve, nous considérerions le rêve comme la vraie vie et nous n’aurions jamais douté qu’il ne fut plus la vie vraie.

Toute notre vie, depuis la naissance jusqu’à la mort, n’est-elle pas avec tous ses rêves également un rêve que nous prenons pour la réalité ? Ne sommes-nous pas certains de sa réalité, uniquement parce que nous ne connaissons pas une autre vie qui soit plus réelle ? Non seulement je le pense, mais je suis convaincu que c’est la seule raison de cette certitude.

De même que les rêves de notre vie terrestre constituent un état pendant lequel nous vivons d’impressions, de sentiments, de pensées, appartenant à notre vie antérieure et faisons provision de forces pour le réveil, pour les jours à venir, toute notre vie actuelle constitue un état pendant lequel nous vivons sous une sorte d’incarnation de l’âme vers les vies successives; ou de la vie antérieure plus réelle, et faisons provision de forces pour la vie future, plus réelle et dont nous sommes sortis.

De même que nous vivons des milliers de rêves pendant notre vie terrestre, celle-ci est l’une des milliers de vies dans lesquelles nous entrons en sortant de l’autre vie, plus réelle, plus authentique et à laquelle nous revenons après notre mort.
tolstoi_chevalNotre vie terrestre est l’un des rêves d’une autre vie, plus réelle, et ainsi de suite jusqu’à l’infini, jusqu’à la dernière vie, qui est la vie de Dieu,

La naissance et l’apparition des premières notions sur le monde peuvent être considérées comme le commencement  du sommeil; toute la vie terrestre, comme le sommeil complet ; la mort comme le réveil.

La mort prématurée, c’est lorsque l’homme est réveillé avant d’avoir dormi tout son sommeil.

La mort dans la vieillesse, c’est lorsque l’homme à bien dormi et qu’il s’est réveillé de lui-même.

Le suicide, c’est un cauchemar qu’on fait évanouir en se souvenant qu’on dort; on fait un effort et on se réveille.

L’homme qui est tout absorbé par la vie présente, qui n’a pas le pressentiment d’une autre vie, c’est celui qui dort profondément.

Le sommeil profond sans rêves est comparable à l’état de demi-bestialité.

Le dormeur qui sent pendant le sommeil ce qui se passe autour de lui, qui a le sommeil léger et qui est prêt à se réveiller à tout instant, c’est celui qui a conscience, quoique vaguement de la vie dont il est sorti et à laquelle il est en train de revenir.

Pendant le sommeil, l’homme est toujours égoïste, vit solitaire, sans participer à la vie de ses semblables, sans aucun lien avec eux.
leon-tolstoyDans la vie que nous considérons comme réelle, notre lien avec nos semblables est déjà plus grand: il y existe une
apparence de l’amour du prochain.

Dans la vie dont nous sortons, et à laquelle nous retournons ce lien est plus étroit; l’amour du prochain n’est plus une simple aspiration, mais une réalité.

Dans la vie pour laquelle celle dont je viens de parler n’est qu’une préparation, le lien entre tous est plus étroit et l’amour de tous plus grand encore.

Cette fois, dans ce rêve, nous sentons déjà tout ce qui se réalisera peut-être dans la nouvelle vie.

La forme corporelle dans laquelle nous surprend ici-bas le réveil de notre conscience de la vraie vie, apparaît comme la limite au libre développement de notre esprit.

La matière est la limite de l’esprit. La vraie vie commence lorsque celle limite est abolie.

Cette notion renferme toute la connaissance de la vérité, et qui donne à l’homme la conscience de la vie éternelle. Je ne m’amuse pas à imaginer une théorie. Je crois de toute mon âme en ce que je dis. Je sens, je sais avec certitude qu’en mourant je serai heureux, que j’entrerai dans un monde plus réel.

*
Léon Tolstoï

Friedrich Jürgenson et les voix …

Publié le Mis à jour le

friedrich-jurgenson
Friedrich Jürgenson

A sa mort, en 1987, le cinéaste et spirite suédois Friedrich Jürgenson laissa une bibliothèque plutôt surprenante. Elle contenait des milliers d’enregistrements de mystérieuses voix que Jürgenson avait toujours attribuées à des personnes décédées.

Jürgenson avait entrepris ses recherches parapsychologiques dans les années 50, à une époque où la question des relations avec l’au-delà avait commencé de le passionner. Se demandant si les morts pouvaient laisser l’empreinte de leur voix sur une bande magnétique. Il avait d’abord eu l’idée de s’asseoir devant son magnétophone implorant les esprits de bien vouloir s’adresser à lui par le truchement de l’appareil. Pendant des mois, il ne se passa rien.

Un jour, il essaya d’enregistrer des chants d’oiseaux près de chez lui. En écoutant la bande, il remarqua de curieuses interférences qui lui firent penser que l’on tentait d’entrer en communication avec lui.

La semaine suivante, je me suis rendu dans une petite cabane dans la forêt pour refaire l’expérience, racontait le cinéaste. Je n’avais évidemment pas la moindre idée de ce que je cherchais. J’ai placé le micro à la fenêtre et l’enregistrement s’est déroulé normalement.

En écoutant ensuite la bande, j’ai commencé par entendre des gazouillis d’oiseaux. Puis ce fut le silence. Soudainement, une voix venue de nulle part, une voix de femme, dit en allemand :

– Friedel, mon petit Friedel, peux-tu m’entendre ?

Jürgenson ne pouvait alors savoir qu’il venait de s’engager dans une tentative pour contacter l’au-delà qui allait occuper le reste de ses jours.

Quelques parapsychologues allaient même finir par s’intéresser au projet. William G. Roll, de la Psychical Research Foundation, alors installée à Durham, en Caroline du Nord, rendit visite au cinéaste en 1964 afin de se livrer à quelques expériences.

Lors de ces séances, Jürgenson mettait une bande vierge sur son magnétophone et tous ceux qui étaient présents dans la pièce continuaient de parler comme si de rien n’était. Lorsqu’on faisait ensuite passer la bande, on entendait clairement des voix étrangères venir s’intercaler dans les conversations ?

Roll, pourtant d’une prudence toute rationaliste, fut tellement abasourdi qu’il n’hésita pas à faire une communication spéciale devant ses pairs à son retour de Scandinavie.

Les voix de Friedrich Jürgenson, déclara-t-il, sonnaient tout ce qu’il y a de plus authentique !

« Les phénomènes étranges du monde. »   Editions du Rocher, 1989.