Barcelone

Un prisonnier politique 

Publié le Mis à jour le

ane

A Barcelone, en février 1936, deux partis se disputaient les voix catalanes : les conservateurs autonomistes, d’une part, et les autonomistes de gauche, d’autre part.

La veille des élections, la rue Pelayo connut le plus bel embouteillage qu’on ait jamais vu à Barcelone : un âne venait d’être livré à lui-même sur la chaussée et s’y tenait immobile et méditatif, ses longues oreilles sourdes au concert de vociférations et de klaxons des chauffeurs. Mais les vociférations se changèrent bientôt en une rigolade intense quand on vit que l’âne en question, ingénieusement tondu, portait sur le flanc cette inscription : « J’appartiens au front d’ordre (le front national de chez nous). » 

Un garde municipal se dévoua, mit la main à l’encolure de l’animal et l’emmena incontinent au commissariat de police. De là, le baudet fut envoyé derechef au Palais de Justice, où il fut rondement jugé.

L’âne ayant transgressé à la loi qui fixe les modalités de propagande électorale, fut conduit illico aux écuries municipales, son incarcération dans une prison d’Etat présentant des inconvénients d’ordre matériel qui firent reculer les juristes catalans. 

Maître Aliboron fut détenu. 

La presse barcelonaise s’intéressa au prisonnier et réclama son élargissement. Cet âne, considéré comme prisonnier politique, bénéficiait du décret d’amnistie récemment promulgué. Quant à l’intéressé, il se trouvait, paraît-il, content de son sort. 

Illustration : Joseph Kuhn-Régnier.