Beechcraft Bonanza

Un saut à travers l’espace et le temps

Publié le Mis à jour le

Beechcraft-Bonanza

Ce fut « un étrange nuage en forme de cigare », dit Bruce Gernon Jr, qui lui donna le pressentiment que ce vol du 4 décembre 1970 serait hors de l’ordinaire. Avec son père pour copilote, il venait de cécoller de l’île Andros, dans les Bahamas, dans son Beechcraft Bonanza, à destination de Palm Beach, en Floride.

Gernon se rappelle avoir accéléré pour éviter l’épais nuage, mais celui-ci semblait monter à sa rencontre pour l’envelopper. Apercevant une ouverture, il plongea dedans, avec l’espoir de revoir le ciel bleu à la sortie. Mais il volait entre des parois d’un blanc lumineux, où de petits nuages blancs tournaient dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. L’avion prit anormalement de la vitesse, et, pendant quelques secondes, les deux hommes se trouvèrent en apesanteur. L’appareil sortit du tunnel, mais il émergea dans une zone de brume vert clair.

Voulant déterminer sa position, Gernon, stupéfait, observa que l’aiguille de son compas tournait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Ses instruments de navigation ne fonctionnaient plus, et il ne pouvait entrer en contact avec le contrôle radar. A travers la brume, il repéra une île, qu’il prit pour l’une des Bimini. Mais, peu après, il reconnut Miami beach. Comment était-ce possible ? Moins de la moitié du temps de vol prévu s’était écoulée.

En se posant à palm Beach, il vérifia sa montre. Un vol, qui lui prenait normalement 75 minutes, n’en avait duré que 45 , et il avait consommé 50 litres de carburant de moins que d’habitude. Par la suite, Gernon s’estima heureux d’avoir survécu à ce voyage au-dessus du « Triangle des Bermudes », ayant été apparemment victime d’un dérapage du temps.

Publicités