Bicêtre

Les faux mendiants

Publié le Mis à jour le

eugene-galien-lahoue

Dans un remarquable rapport présenté ces jours derniers au conseil municipal de Paris, M. Georges Berry, conseiller du IXe arrondissement, dévoile les trucs employés journellement par les faux mendiants, pour émouvoir la pitié publique.

Parmi les nouveautés du genre, il signale le truc des cabinets dits inodores et celui de l’omnibus. Une dame bien mise, prise d’un besoin pressant, se précipite vers un édicule bien connu ou dans un passage hospitalier. Aussitôt elle est arrêtée au milieu de sa course par une femme proprement vêtue qui lui fait comprendre qu’elle aussi elle a le même besoin, mais n’a aucun argent pour le satisfaire. La dame pressée laisse tomber dans la main de celle qui implore sa compassion les sous qu’elle a préparés pour elle, et achève sa course sans s’apercevoir que celle qui l’a arrêtée si mal à propos cherche de nouveau une proie qu’elle pourra exploiter.

Avez-vous un air sympathique et passez-vous près d’une station de tramways qui conduit à la banlieue, il est bien rare que vous ne soyez pas abordé par une femme jeune ou vieille (les deux sont toujours intéressantes pour des motifs différents), qui vous raconte, les larmes aux yeux, que ses jambes ne peuvent plus la porter et qu’elle n’a pas un sou pour prendre la voiture qui doit la conduire chez elle. Si elle vous rencontre aux environs de l’Hôtel de Ville, c’est à Choisy-le-Roi ou à Bicêtre qu’elle habite. Si, au contraire, vous la trouvez à la place de la Madeleine, elle doit se rendre à Courbevoie ou à Suresnes.

Ce truc est bien inventé et peu de personnes résistent à cette demande. Cependant, si elles voulaient prendre la patience d’attendre, elles verraient la prétendue voyageuse renouveler la même prière auprès de nouveaux arrivants, et quelquefois elles auraient la douleur d’apercevoir, comme j’ai pu le faire moi-même, leur argent prendre le chemin de la boutique d’un marchand de vins voisin.

dame-landau

M. Georges Berry réclame, comme conclusion, la suppression de la mendicité par la création de colonies de répression et de préservation. A l’appui de cette thèse, citons un incident dont nous avons été témoin il y a quelques semaines.

Il faisait froid, une mendiante implorait la charité, un bébé sur les bras…

— Mais il est en carton, votre petit ! s’écrie un vieux monsieur, en touchant de sa canne le nez du mannequin.
— Oh pardon ! monsieur, il fait si froid, j’ai laissé le vrai à la maison.

« Journal du dimanche. » Paris, 1893.
Peinture : Eugène Galien Laloue.

Carnot invalidé

Publié le Mis à jour le

sadi-carnot

Ce n’est pas, heureusement, comme président de la République, mais simplement comme conseiller municipal.

Le bas Gentilly, vexé de se trouver sans cesse en minorité devant Bicêtre, qui forme l’autre partie de la commune, s’est imaginé, pour faire parler de lui, de voter, aux dernières élections municipales, pour des candidats inéligibles, et a nommé MM. Sadi Carnot, Charles de Freycinet et Ernest Constans. A cette fumisterie le conseil de préfecture vient de répondre très sérieusement par un arrêté qui annule les élections du président de la République et de ses ministres.

On prête au bas Gentilly l’intention de recommencer la même campagne.

« Librairie des bibliophiles. »  Paris, 1891.