boniments

Propos d’un paysan

Publié le Mis à jour le

vincent-van-gogh-crau

A les entendre, tous nos députés sont les défenseurs acharnés du bon « paysan de France, éternel sauveur de la patrie dans la paix et dans la guerre ». Cependant, coïncidence bizarre, lorsqu’il s’agit de discuter un projet intéressant l’agriculture, de voter une mesure en sa faveur, cela ne les intéresse plus et la Chambre vide est un désert.

C’est ainsi que tout récemment pour s’occuper de la création des Chambres d’Agriculture, il n’y avait qu’une douzaine de députés somnolents et quelques autres expédiant leur courrier. Jusqu’au Groupe de Défense Paysanne qui brillait par son absence !

Ah ! Si l’on avait agité une de ces futiles et creuses questions de politique, une Chambre en furie se serait trouvée là ! Hémicycle bondé et fourmillement dans les couloirs, discussions passionnées et discours retentissants, applaudissements frénétiques, cris, vacarme et pugilat peut-être : rien n’aurait manqué au grand jour.

Mais, il ne s’agissait que de l’agriculture. Le débat fut terne, ce qui n’empêche pas d’ailleurs que le travail fut excellent. Le projet De Monicault fut en effet adopté dans ses grandes lignes et nous pouvons espérer enfin une bonne représentation professionnelle agricole, si le Sénat toutefois s’en désintéresse également.

Mais pourquoi diable nos politiciens, la bouche en coeur et la main sur la poitrine, protestent-ils à l’envi de leur complet dévouement à la classe agricole, de leur attachement à la campagne ? Pourquoi surtout se laisse-t-on encore prendre à ces boniments ?

« La Terre de Bourgogne : la Bourgogne agricole et la Bourgogne rurale réunies. » Dijon, 1922.
Illustration : Vincent van Gogh. « 
La plaine de la Crau. »

Littérature au poids

Publié le Mis à jour le

librairie

Une librairie parisienne annonce la mise en vente de la grande Encyclopédie d’histoire naturelle du Dr Chenu, 22 vol. in-4°, avec 9 vol. de tables.

Une réclame formidable est organisée à ce sujet, et, dans le prospectus, entre autres boniments, on lit ce qui suit :

« L’ouvrage pèse 5,400 kilogrammes, et mesure 39 centimètres de hauteur, 29 centimètres de largeur et 5 centimètres d’épaisseur. C’est un monument élevé à la gloire de Paris. »

Nous devons avouer que c’est la première fois que nous voyons annoncer et vendre un livre au poids, comme du sucre ou de la cannelle !…

« Gazette Parisienne. »  Paris, 1890.


loisir20